LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Une seconde vague. d’extinction d’espèces animales

5 min
À retrouver dans l'émission

L’activité humaine comme principal facteur d’extinction et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : Angelo Cavalli - Getty

Selon une étude parue dans la revue Science Advances, il faut s’attendre à une seconde vague d’extinction de mammifères. Cela ne fait plus aucun doute. Pour la biodiversité, l’activité humaine est le facteur d’extinction le plus grave. Une équipe internationale a estimé l’impact des humains sur la diversité des mammifères dans le passé mais aussi dans le futur. À partir des archives fossiles, ils ont fait des simulations bayésiennes. Cela consiste à calculer les probabilités pour qu’une hypothèse soit plus vraisemblable qu’une autre. Ils sont remontés jusqu’à 126 000 ans : à cette époque, on voit des changements climatiques fort – avec des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires - mais c’est aussi l’époque où Homo Sapiens se répand dans le monde entier. 

Leur conclusion : ces 126 000 dernières année, 96% des extinctions de mammifères sont dues à la présence humaine - et non au climat. De plus, les taux d'extinction aujourd’hui sont 1 700 fois plus élevés qu'ils ne l'étaient au début du Pléistocène tardif. Et cela s’accélère.

Entretien avec Eric Buffetaud  est directeur de recherche émérite du CNRS et travail au Laboratoire de géologie de l’Ecole Normale Supérieure à Paris. Son livre «  Sommes-nous tous voués à disparaître ? » parait aux éditions du Cavalier Bleu ce jeudi.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Eric Buffetaut

Des fenêtres-panneaux solaires 

Selon une étude parue dans « ACS Applied Energy Materials », en ajoutant des nanoparticules, les fenêtres pourraient devenir des panneaux solaires transparents. Une entreprise américaine a développé des panneaux solaires transparents comme des vitres. Cela ressemble à du verre ordinaire - avec des teintes légèrement brunes ou grises. Ces panneaux transparents sont constitués de deux couches de verre collées avec un polymère qui contient des « boites quantiques ». Les boites quantiques sont des nanoparticules semi-conductrices. Lorsqu’elles sont excitées par la lumière UV, elles libèrent des photons qui voyagent le long du panneau vers son bord. Le bord est équipé de cellules solaires, qui convertissent les photons en courant électrique. Le rendement de ces vitres est de 3,6 %. Les panneaux solaires classiques ont quant à eux des rendements de 15 à 20 %. Mais selon les auteurs, cette innovation serait utile pour  de nouveaux  bâtiments éco-énergétiques.

Le télescope d’Arecibo est toujours à l’arrêt

Le plus célèbre des radiotélescopes - le télescope d’Arecibo - est toujours à l’arrêt. Le 10 août dernier, le deuxième plus grand radiotélescope du monde - sur l’île de Porto Rico - a été gravement endommagé par une chute de câble. Des dégâts impressionnants qui ont éventré - sur une bonne trentaine de mètres - la gigantesque parabole. Toutes les observations et les activités du télescope d’Arecibo sont en suspens. On ne sait toujours pas ce qui a provoqué cet accident - et aucune date n’a été annoncée pour le lancement des réparations. 

Un médicament pour augmenter la masse musculaire

Selon une étude parue dans la revue PNAS, un médicament expérimental augmente la masse musculaire et osseuse des souris. Ce n’est pas un délire culturiste. L’objectif de cette recherche est d’aider les personnes alitées à se remettre sur pied. Quand on ne les utilise pas, les os et les muscles perdent de leur masse. C’est ce que l’on voit chez les personnes longtemps immobilisées au lit - ou chez les astronautes. Ce médicament a été testé sur des souris qui ont passé un mois à bord de la Station Spatiale internationale. La molécule a réussi à bloquer les effets de la myostatine et de l’activine A : deux protéines qui se lient aux récepteurs des cellules musculaires, et qui bloquent leur croissance. En seulement deux semaines, les doses de ce médicament ont produit une augmentation de 50% de la masse musculaire des souris. Pour le moment, les tests sur l’humain n’ont pas été concluants. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......