LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La cartographie de l’astéroïde géocroiseur Bennu est l’un des objectifs scientifiques de la mission OSIRIS-REx de la NASA

Il y a bien eu de l’eau liquide sur l’astéroïde Bennu

4 min
À retrouver dans l'émission

Les résultats de la mission Osiris Rex de la Nasa et autres actualités scientifiques.

La cartographie de l’astéroïde géocroiseur Bennu est l’un des objectifs scientifiques de la mission OSIRIS-REx de la NASA
La cartographie de l’astéroïde géocroiseur Bennu est l’un des objectifs scientifiques de la mission OSIRIS-REx de la NASA Crédits : NASA/Goddard/University of Arizona

Selon les 6 études parues dans les revues Science et Sciences Advances, il y a bien eu de l’eau liquide sur l’astéroïde Bennu. Depuis bientôt deux ans, la sonde de la Nasa Osiris-Rex observe Bennu sous toutes ses coutures. Grâce à ces études (disponibles sur ce lien, celui-ci, celui-là, ici, ici et enfin là), nous en savons plus sur la composition de l’astéroïde, qui se révèle plus complexe que prévu. L’analyse spectrale dans l'infrarouge et le proche infrarouge confirme la présence de minéraux hydratés et de composés organiques sur toute sa surface. De plus, les analyses révèlent des veines brillantes de minéraux carbonatés d’un mètre de long et épaisses de quelques centimètres.  En d’autres mots : ce serait la preuve que de l’eau a coulé autrefois sur ces rochers. Dans quelques jours, un échantillon de Bennu sera prélevé, pour revenir ensuite sur Terre en 2024 : on va ainsi pouvoir analyser ses roches avec des instruments plus précis. La mission d’Osiris-Rex est d’ores et déjà qualifiée de "triomphe scientifique majeur". 

Entretien avec Antonella Barucci, chercheuse est planétologue à l’Observatoire de Paris. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Antonella Barucci

La vitesse maximale du son

Une étude parue dans Sciences Advances vient de déterminer la vitesse maximale du son. Depuis 1905, on sait avec Einstein et sa théorie de la relativité restreinte  que la limite de vitesse de tout type d'onde qui traverse le vide est de 300.000 kilomètres par seconde. Mais quelles sont les limites pour les ondes sonores-  lorsqu’elles se déplacent à travers un solide ou un liquide ? Selon ce qu'il traverse, le son se déplace à des vitesses différentes. Sa vitesse dépend de la densité d'un matériau et de la manière dont les atomes qu'il contient sont liés entre eux. Une équipe internationale de physiciens vient de calculer cette limite pour la première fois. Selon leur calcul , la vitesse maximale du son dans un liquide ou un solide est d'environ 36 kilomètres par seconde. 

Le problème des débris spatiaux s'aggrave

Selon le rapport annuel de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), le problème des débris spatiaux s'aggrave. Selon ce rapport, l’utilisation durable de l'espace pour la science et les technologies est à présent menacée. Nous serions entrés dans un cercle vicieux : plus de débris spatiaux, cela veut dire plus de risques de collision, qui engendrent eux-mêmes des milliers de petits débris supplémentaires, etc. Et aux vitesses orbitales, même les plus infimes débris peuvent endommager un satellite opérationnel. Le rapport pointe un autre facteur explosif : les explosions liées au carburant stocké dans les engins obsolètes. L’ESA propose également des solutions : « des orbites cimetières » ou des remorqueurs spatiaux. Mais l’agence appelle les entreprises et les nations à considérer plus sérieusement ce problème. 

CoVid-19 : la science des rêves

Enfin, une étude parue dans la revue Dreaming a examiné comment la pandémie a affecté vos rêves. Grace à une enquête en ligne, des chercheurs américains ont recueilli les rêves de 2.888 rêveurs. Un programme d'analyse de textes et de décompte des mots a permis de faire apparaitre 9 catégories d’émotions et de préoccupations. L’étude montre que les femmes ont eu beaucoup moins d'émotions positives dans les rêves que les hommes, et qu’elles ont également connu beaucoup plus d'anxiété, de tristesse, de colère et de rêves liés à la santé et à la mort, qu'avant le début de la crise. En revanche, la pandémie semble avoir moins d'impact sur les rêves de la gente masculine : chez les hommes, seuls les rêves liés à la santé sont significativement aussi élevés que chez les femmes.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......