LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Un nouveau traitement contre le cancer à base d’ARN messager

5 min
À retrouver dans l'émission

Les premiers résultats d’une stratégie thérapeutique novatrice et autres actualités scientifiques

.
. Crédits : boonchai wedmakawand - Getty

Selon une étude parue dans la revue « Science Translational Medicine », un nouveau traitement à ARN messager se montre prometteur pour la lutte contre le cancer. Cette étude a été menée par le laboratoire BioNTech (fabriquant du vaccin à ARN messager contre le Covid 19) en association avec Sanofi. Pour les vaccins contre le SARS-CoV-2, on injecte de l’ARN messager qui va coder pour des protéines faisant partie du virus, pour qu’il y ait une réponse ciblée contre cette partie-là du virus... tant est si bien que lorsqu’on va rencontrer à nouveau le virus, on aura déjà toute la panoplie nécessaire pour l’éliminer. Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé l'ARN messager pour fournir au corps des instructions qui vont permettre de coder des cytokines, de petites molécules qui aident à éliminer les tumeurs. Sur vingt souris atteintes de cancer (mélanomes et tumeurs pulmonaires), les chercheurs ont injecté directement dans les tumeurs ce traitement à base d’ARN messager. En moins de 40 jours, de grandes quantités de cytokines ont été produites, et les tumeurs ont été totalement éradiquées chez 17 souris. Pas d’effets secondaires, ni de perte de poids. Un essai clinique de phase 1 avec 230 participants est actuellement en cours.

Entretien avec Chantal Pichon, professeur des Université, dirige l’équipe “thérapies innovantes et nanomédecine" du Centre de Biophysique Moléculaire du CNRS à Orléans.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Chantal Pichon 2

Une signature génétique des centenaires ?

Une étude parue hier dans la revue « Nature Aging » a identifié des variants génétiques rares qui pourraient être impliqués dans la longévité humaine. Le secret des centenaires est très probablement génétique. C’est en tout cas l’hypothèse de cette équipe américaine. Les chercheurs ont analysé les génomes d’une grande cohorte (ADN de près de 500 personnes âgés de 70 à 95 ans ADN de plus de 500 personnes âgées de plus de cent ans). Après avoir comparé les profils génétiques, ils ont découvert que les centenaires portent des variants génétiques rares, peu présents chez les non centenaires. Selon eux, ces variants apporteraient une protection contre les pathologies liées à l’âge. Cette découverte offre de nouvelles pistes thérapeutiques pour cibler les mécanismes du vieillissement.

Comment les cyclones affament les oiseaux marins

Selon une étude parue hier dans la revue "Current Biology", les cyclones sont responsables d’une surmortalité des oiseaux marins. Le long des côtes européennes ou nord-américaines, des milliers de carcasses d’oiseaux sont retrouvées chaque hiver. Pour comprendre pourquoi, une équipe française a pour la première fois suivi plus de 1.500 oiseaux marins de l'Atlantique Nord appartenant à cinq espèces différentes grâce à de petites balises. Leur trajectoire ainsi que celle des cyclones hivernaux ont été combinées. Les chercheurs ont aussi modélisé leurs besoins énergétiques en condition cyclonique ou en conditions normales. Contre toute attente, pendant un cyclone, les oiseaux ne meurent pas d’épuisement : leur besoin énergétique n’augmente pas lors d’une tempête. En revanche, les épisodes cycloniques les affament. Selon ce papier, les oiseaux meurent car ils ne peuvent pas se nourrir en pleine tempête.

Les trous noirs exerceraient une pression sur leur environnement

Enfin, selon une étude parue dans la revue « Physical Review D », les trous noirs seraient des systèmes thermodynamiques plus complexes qu’on ne le pensait. Depuis 1974, avec Stephen Hawking, on comprend les trous noirs à travers les lois de la thermodynamique : on sait qu’ils ont un volume et une surface, une entropie, un moment cinétique, une température, et ils émettent un rayonnement thermique (« le rayonnement de Hawking »). Dans ces travaux théoriques, deux physiciens britanniques ont découvert, via des équations, que les trous noirs ont non seulement une température mais qu’ils exercent aussi une pression sur l'espace qui les entoure. Il s'agit donc d'une pression de valeur négative, qui ne ressemble à rien d’autre dans l’Univers, mais qui pourrait correspondre au rétrécissement du trou noir au fil du temps.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......