LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un Illustration d'un magnétar, un type d'étoile à neutrons avec un champ magnétique incroyablement puissant

Les mystérieux sursauts radio rapides ne sont peut-être pas si rares

4 min
À retrouver dans l'émission

Le magnétar de notre galaxie produit en réalité des rafales de sursauts radio rapides et autres actualités scientifiques.

Un Illustration d'un magnétar, un type d'étoile à neutrons avec un champ magnétique incroyablement puissant
Un Illustration d'un magnétar, un type d'étoile à neutrons avec un champ magnétique incroyablement puissant Crédits : Science Photo Library - Getty

Selon une étude parue hier dans la revue Nature Astronomy, les sursauts radio rapide sont peut-être beaucoup plus courants qu’on ne le pense. Les sursauts radio rapides (les Fast Radio Burst) sont des explosions d'ondes radio d'une milliseconde extrêmement puissantes. Il y a deux semaines, on en détectait pour la première fois dans notre galaxie et on en identifiait l’origine. C'est important puisque depuis leur découverte en 2007, leurs origines restaient mystérieuses. Grâce aux observations de différents télescopes en avril, on sait que cette éruption radio provient d’un magnétar, une jeune étoile à neutrons au champ magnétique intense. Il est relativement proche de nous car il est situé à environ 30 000 années-lumière de la Terre. Dans cette nouvelle étude, une équipe internationale prouve que ce magnétar produit des sursauts radio rapides en rafale. Il est à l’origine de trois autres signaux : deux rafales à 1,4 seconde d’intervalle ont été captés en mai au Pays-Bas, puis un autre signal a été détecté en Chine. Ils sont beaucoup plus faibles que le signal initial, mais ils représentent toute une gamme de puissance. Est-ce qu'un seul mécanisme produit toutes ces émissions ? Pourquoi sont-elles périodiques ? Voici de nouveaux casses-têtes pour les astrophysiciens.

Le Conseil d’Etat autorise l'application Alicem

En France, la reconnaissance faciale avance doucement mais sûrement. Le Conseil d’Etat a autorisé Alicem, la très controversée application de reconnaissance faciale. L’année dernière, le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés ont imaginé Alicem, une application d’identité numérique, pour tout ce qui est procédure administrative en ligne et qui permet, grâce à des données biométriques, de s’authentifier. L’association de défense des libertés numériques (la Quadrature du Net) avait alors mené une action en justice contre l’Etat, pour excès de pouvoir. L’application soulève de nombreuses questions, notamment sur la protection des données personnelles ou sur la notion de consentement. La haute juridiction a rejeté le recours de la Quadrature du Net. L’application Alicem devrait-être lancée prochainement.

Le rebond épidémique de la rougeole

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’épidémie de rougeole progresse partout dans le monde. En 2019, cette infection virale très contagieuse a touché dans le monde plus de 869 770 personnes et a causé plus de 200 000 morts. Depuis 2016, cela représente une hausse des décès de près de 50% . C’est son plus haut niveau depuis 23 ans. En France, entre 2018 et 2019, on compte plus de 6 000 cas de rougeole. Cette hausse s'explique par une vaccination insuffisante, qui s’effectue en deux prises. Ce rebond épidémique inquiète l’OMS et l’UNICEF. Les deux organisations craignent que la lutte contre la Covid-19 aggrave la situation.

Un ancien fragment de l'océan Pacifique sous la Chine

Et enfin selon une étude parue dans Nature Geoscience, un ancien fragment de l'océan Pacifique a été détecté sous la Chine. Une équipe américano-chinoise a découvert les vestiges de l’ancien fond marin de l’océan Pacifique, à plus de 400 kilomètres de profondeur. Les chercheurs ont utilisé les données d’un réseau géant de plus de 300 stations sismiques dans le Nord-Est de la Chine. On sait que les processus de subduction (quand une plaque tectonique plonge sous une autre plaque avant de s'enfoncer dans le manteau terrestre) transportent des roches chimiquement différenciées. En analysant les vitesses sismiques et leur discontinuité, les chercheurs ont découvert cette dalle rocheuse, qui tapissait autrefois le fond du Pacifique. Cette dalle est une relique de la lithosphère océanique.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......