LE DIRECT
Le serpent cosmique"

L'observation d'une pépinière stellaire d'une galaxie lointaine

5 min
À retrouver dans l'émission

La première détection de nuages moléculaires du "serpent cosmique", une galaxie à plus de 8 milliards d'années-lumière. Et autres actualités scientifiques.

Le serpent cosmique"
Le serpent cosmique" Crédits : ESA/ Hubble et Nasa

Une étude parue hier dans Nature Astronomy confirme que les nuages moléculaires des galaxies lointaines sont radicalement différents de ceux de notre Voie lactée. Les nuages moléculaires sont des masses de gaz qui se forment par condensation d'amas d’étoiles. On connait bien leurs propriétés physiques dans notre galaxie, mais pas bien celles qui sont plus lointaines. Pour la première fois, une équipe dirigée par l'Université de Genève vient d’observer les nuages moléculaires d’une jeune galaxie, le Serpent Cosmique, située à plus de 8 milliards d’années-lumières. Pour cela, ils ont utilisé le phénomène de la lentille gravitationnelle, qui grossit les objets associés à l’interféromètre ALMA (The Atacama Large Millimeter Array). Les observations correspondent aux simulations numériques de l’origine de l’univers : les nuages moléculaires du Serpent Cosmique sont plus actifs que ceux de la Voie lactée et produisent cent fois plus d’étoiles. Pourquoi une telle efficacité de formation d’étoiles ? 

Interview avec l'une des signataires de cette étude : Françoise Combes, astrophysicienne à l’Observatoire de Paris et Professeur au Collège de France. 

En bref

  • La température moyenne globale va augmenter de 6 à 7°C en 2100

Aujourd’hui, les climatologues français viennent de publier leurs résultats pour le prochain rapport du GIEC : ils prévoient un réchauffement plus chaud que les dernières prévisions. Ils proposent huit scénarios et selon le plus pessimiste – celui où une croissance économique rapide est associée à l’exploitation d’énergies fossiles - la température moyenne globale va augmenter de 6 à 7°C en 2100 - soit 1°C de plus que les pires estimations faites en 2012. Les nouveaux modèles de simulation du climat se sont affinés depuis. Les émissions de gaz à effet de serre, les aérosols atmosphériques et l’exploitation des sols sont des facteurs mieux évalués et ils sont associés aux contextes socio-économiques. Pour tenir l’objectif d’un réchauffement global à 2°C, un scénario est possible : atteindre la neutralité carbone sur l’ensemble du globe d’ici 2060. Un scénario peut-être réalisable, mais seulement au prix d’efforts drastiques. 

  • Pourquoi les fossiles sont-ils majoritairement masculins ? 

Dans la revue PNAS, les paléontologues cherchent à expliquer pourquoi les archives fossiles proviennent principalement de spécimens masculins. On observe cette disparité dans tous les musées d’Histoire Naturelle du monde : les spécimens de fossiles de grands mammifères - bisons, ours brun ou mammouths - sont en grande majorité des mâles. Un constat curieux car rien n'indique, chez ces espèces, un déséquilibre à la naissance du ratio mâle/femelle. Une équipe australienne propose plusieurs hypothèses : soit la structure des troupeaux isole les jeunes mâles et les expose plus aux risques et aux prédateurs - ce qui est le cas chez les actuelles populations d'éléphants, soit, autre biais possible, ce serait nos pratiques de collecte face aux dimorphismes sexuels entre les spécimens d’une même espèce. Les chercheurs de musées favorisent la conservation des plus gros fossiles, qui s’avèrent être ceux de spécimens masculins.

  • Les rats ont le sens du jeu

Dans la revue Science, des neuroscientifiques allemands viennent de prouver que les rats aiment jouer à cache-cache. Pendant quelques semaines, les chercheurs ont appris ce jeu à des rats et ils ont joué avec eux en se cachant derrière des cartons - et ceux, sans avoir besoin de les récompenser avec des friandises. L’analyse de leurs cris ultrasoniques montre qu’il s’agit bien de sons que les rongeurs émettent quand ils éprouvent du bien-être. On sait que ce sont des animaux intelligents et sociaux mais on ne connaissait pas cette dimension ludique chez eux. Cette découverte lance de nouvelles questions éthiques quant à leur exploitation dans les laboratoires.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......