LE DIRECT

Comportement antisocial à long terme : des différences cérébrales

5 min
À retrouver dans l'émission

Il existe des différences anatomiques entre les personnes qui ont des comportements antisociaux et ceux qui n’en ont pas ; et autres actualités scientifiques.

Crédits : Paula Daniëlse - Getty

Lorsqu'on parle de comportements antisociaux, on parle d’agressivité, de violence, de vol, de viol, de mensonge. Selon une étude parue dans The Lancet Psychiatry, il existe des différences cérébrales entre les personnes qui ont des comportements antisociaux et ceux qui n’en ont pas. Cette étude est le résultat d'un long travail mené par une équipe néo-zélandaise. Près de 700 personnes - nées entre 1971 et 1972 - ont été suivies de leur enfance jusqu’à aujourd’hui à l'aide de questionnaires et d'IRM cérébraux. Elles ont ensuite été réparties en trois catégories : les personnes qui n’avaient jamais eu de comportements antisociaux, celles qui en ont eu pendant l’adolescence, et celles pour lesquelles cela persiste encore. Pour la dernière catégorie, on observe des différences anatomiques : le cortex cérébral - la matière grise du cerveau - est plus petit dans le sens où il est moins étendu et plus mince. Pour la première fois, nous avons une preuve solide sur des différences neuropsychologiques liées à ces comportements. Mais attention : corrélation ne veut pas dire causalité. 

Lou Safra est chercheuse au CEVIPOF à Science Po, et au Laboratoire de neurosciences cognitives de l’Ecole Normale Supérieure.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Lou Safra

Un premier cas en France de virus ToBRFV

Le Ministre de l’Agriculture a confirmé hier le premier cas en France de virus ToBRFV, un virus de la tomate. Il s’agit d’un virus très virulent,  inoffensif pour les humains mais mortel pour les plants de tomates. Un premier cas a été détecté dans le Finistère. Deux serres ont été touchées. Il y a quelques semaines déjà, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire s’inquiétait de son éventuelle arrivée en France. L’épidémie fait des ravages en Europe. Selon l'Anses, ce virus est très contagieux, il survit longtemps à l'air libre et peut contaminer l’intégralité des plantes sur un site de production. L’agence met en place un plan de surveillance en France. Si l’épidémie n’est pas contenue, cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la filière agricole.

Vénus, Io et Triton : prochaines destinations de la Nasa ? 

La Nasa a présenté les futures missions spatiales de Discovery, son programme d'exploration du système solaire. Quatre projets et trois destinations sont en lice. La Nasa en sélectionnera une ou deux d’ici 2021. Les destinations pré-sélectionnées sont Vénus, Io - l’une des lunes de Jupiter - et Triton, le plus gros satellite de Neptune. Pour Vénus, il s'agit d'étudier son atmosphère pour vérifier si de l’eau y a été présente un jour. Un autre projet s’intéresse à son histoire géologique : existe-t-il encore une tectonique des plaques sur cette planète ? Pour Io, il s'agit de mieux comprendre son activité volcanique avec ses 400 volcans toujours actifs. Quant à Triton, ce serait pour vérifier qu’il y a bien un océan liquide sous sa surface et si ce satellite pourrait, dans ce cas, abriter une forme de vie.

Décrypter la danse des abeilles

Enfin, une étude parue dans la revue Plos One a décodé la signification de la danse des abeilles. Cette équipe a identifié pas moins de 1 500 "pas de danse" comme autant de messages et d’informations sur la nourriture environnante. Une équipe américaine a créé des ruches avec des parois en verre et a observé leur activité pendant deux ans. Lorsqu’elles entrent dans la ruche, les abeilles tournent sur elles-mêmes et font vibrer leur abdomen. Les chercheurs ont découvert que les abeilles peuvent indiquer la direction de certaines fleurs selon leur inclinaison avec le Soleil.  Plus elles tournent longuement sur elles-mêmes, plus la fleur est éloignée. Une seconde de tourbillon correspond à une distance de 750 mètres, et plus il y a de pollen, plus l’abeille tourne vite. Cependant, l’étude précise qu’il ne s’agit que des abeilles du Minnesota, on ne sait pas encore si le langage des abeilles est universel.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......