LE DIRECT

CamemBERT : un savoureux modèle de langue française

5 min
À retrouver dans l'émission

Une nouvel algorithme linguistique pour le français et autres actualités scientifiques

Crédits : getty - Getty

Un nouveau modèle informatique est capable de manier parfaitement la langue française. Cette intelligence artificielle s'appelle CamemBERT et elle peut identifier et caractériser dans un texte les noms propres, les verbes, les adverbes, les adjectifs, de distinguer toute la grammaire et la syntaxe française, avec un taux de réussite à 99%. CamemBERT est l’application déclinée pour la langue française de BERT, le modèle contextuel de langue le plus courant, issu des laboratoires Google en 2018. Il s'agit d'une avancée car la plupart des modèles linguistiques sont créés à partir de données en anglais. L'Institut national de recherche dédié aux sciences du numérique vient de publier gratuitement le programme, et les détails des travaux "CamemBERT : un savoureux modèle de langue française" sont à retrouver sur le site d’ArXiv. 

Natacha Triou s'entretient avec Laurent Romary, directeur de recherche au sein de l’équipe ALMAnaCH du centre Inria à Paris. Il a participé à l’élaboration de ce modèle en apprentissage profond.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Laurent Romary

Les émissions de CO2 ne diminueront pas d'ici 2040

Selon le dernier rapport de l'Agence Internationale de l'énergie : les émissions de CO2 ne diminueront pas d'ici 2040. Les futurs niveaux de taux de CO2 ont été calculés selon trois scénarios : même en respectant les objectifs actuels affichés, il n’y aura pas de baisse significative des émissions de gaz à effet de serre avant 2040. Selon les prévisions, il y aura plus d’énergie renouvelable - les capacités devraient doubler d’ici 2024 - mais cela ne compensera jamais la consommation de charbon toujours en hausse. Le nombre de nouvelles usines à charbon augmente, ce qui constitue un facteur aggravant auquel il faut ajouter la demande toujours plus forte en véhicules et en électricité.  

De la vapeur d’eau à la surface d’Europe, la lune de Jupiter

Un article paru hier dans Nature Astronomy le confirme : il y a bien de la vapeur d’eau à la surface d’Europe, la lune de Jupiter. Le télescope spatial Hubble avait déjà observé des panaches à sa surface. L’équipe de La NASA a analysé la composition chimique de ces panaches grâce au spectrographe de l’Observatoire W.M Keck à Hawaï. Il s’agit bien de grandes quantités de molécules d’eau libérées lors d’éruptions. L’étude appuie l’hypothèse qu’il y aurait, sous la couche glacée, un océan liquide. Pour la recherche d’une vie extraterrestre, Europe est une cible de premier plan. Dès 2023, la mission Europa Clipper de la NASA s’y intéressera de plus près.

Les grands singes vivants sont plus intelligents que les australopithèques

Selon une étude parue dans Proceedings of the Royal Society B., les grands singes vivants sont plus intelligents que les australopithèques. Ce travail remet en cause une idée reçue : nos ancêtres vieux de trois millions d'années - comme Lucy - étaient plus intelligents que les actuels grands singes, parce que leurs cerveaux étaient plus gros. Une équipe internationale a mesuré - d’abord chez l’humain - le débit du flux sanguin vers la partie cognitive du cerveau, en fonction de la morphologie du crâne et des artères d’approvisionnement en oxygène. Ils ont ensuite comparé 96 crânes de grands singes et 11 crânes de fossiles d'australopithèques. Les résultats montrent que le flux sanguin vers la partie cognitive du cerveau des grands singes est deux fois plus élevé que chez les homininés. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......