LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

La maladie d'Alzheimer pourrait être détectable dans les yeux

3 min
À retrouver dans l'émission

Un biomarqueur de maladies neurodégénératives présent dans le liquide oculaire et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : SCIENCE PHOTO LIBRARY - Getty

Selon une étude parue dans le journal Alzheimer’s Research & Therapy, il serait peut-être possible de détecter de façon précoce la maladie d’Alzheimer dans les yeux, et plus exactement dans l'humeur vitrée, c'est à dire le liquide oculaire. On sait que les protéines tau et que les bêta-amyloïdes sont des biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer, détectables dans le sang et dans le liquide céphalo-rachidien. Et ce serait aussi le cas des neurofilaments à chaîne légère. Ces protéines sont libérées à la suite de lésions des cellules cérébrales, et on les retrouve dans le sang, dans le cerveau mais aussi dans les yeux. Cette équipe américaine a examiné 77 patients et a découvert que des niveaux élevés de ce biomarqueur étaient associés à des niveaux élevés de protéines tau et de bêta-amyloïdes. 

Cette découverte permettrait d’accélérer le diagnostic de la maladie d'Alzheimer, de Parkinson et d'autres maladies neurodégénératives. Cela est important de diagnostiquer plus vite car pour le moment, il n’existe aucun remède et seul les traitements précoces peuvent aider à retarder la progression de ces maladies.

Le projet du futur Einstein Telescope

L’Union européenne a pour projet la construction d’un télescope à ondes gravitationnelles de troisième génération, le Einstein Telescope, qui serait 10 000 fois plus sensible que Virgo et Ligo. Doté de 6 interféromètres, il serait en forme de triangle et long de 10 kilomètres. Par comparaison, les bras perpendiculaires de Virgo ne font que 3 kilomètres chacun. Pour éviter les bruits parasites, l’instrument sera enterré à 300 mètres de profondeur. Selon les experts, il pourrait détecter plusieurs centaines de milliers d'événements chaque année. De quoi jeter un nouvel éclairage sur l'univers sombre et de remonter jusqu’aux premiers instants après le Big Bang. Les travaux devraient commencer en 2026 et auront lieu soit en plein cœur de l’Europe - dans l’Euregio Meuse-Rhin - soit en Sardaigne (Italie). On espère un démarrage d’ici 2035.

L’astéroïde Ryugu :  le fruit d'une collision cosmique ? 

Selon une étude parue hier dans Nature Astronomy, l’astéroïde Ryugu est probablement le fruit d'une collision cosmique. Les observations de la sonde japonaise Hayabusa-2 indiquent que l’astéroïde est en réalité un tas d’agglomérats qui proviennent d'au moins deux objets différents. Ryugu est essentiellement composé de carbone et est riche en eau, comme les astéroïdes de type C. Toutefois, on observe aussi des matériaux en silicates pauvre en eau, ce qui correspond plus aux astéroïdes de type S. De plus, certaines roches ne brillent pas de la même façon. Selon ces nouvelles données, Ryugu serait donc un jeune astéroïde, qui se serait formé à partir de débris de corps célestes, il y a environ 10 et 20 millions d’années. On en saura plus avec le retour des échantillons de son sol, collectés par la sonde Hayabusa 2, qui rentre sur Terre en décembre prochain.

La première aurore boréale de comète 

Enfin, la sonde Rosetta de l’ESA a détecté la première aurore boréale de comète. Selon l’étude parue dans Nature Astronomy hier, une équipe américaine a observé des émissions ultraviolettes sur la comète Tchouri, et il s’agit bien d’une aurore cométaire. Certes, Tchouri n’a pas de champs magnétiques mais le processus est le même que pour les aurores terrestres ou martiennes. Elles sont provoquées par les électrons du vent solaire qui interagissent avec les molécules du coma (l’en­ve­loppe de gaz qui entoure la comète). Jusqu’à présent, nous ne connaissions pas la nature aurorale de ces gaz-là.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......