LE DIRECT

Coronavirus : une contagiosité sous-estimée ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Ce que l'on connaît du coronavirus qui sévit en Chine ; et autres actualités scientifiques sur l'épidémie

Crédits : Science Photo Library - Getty

L'Organisation Mondiale de la Santé vient de déclarer que le coronavirus de Wuhan représentait une menace "élevée" à l'international : faisons donc le point sur l’épidémie. Tout d’abord, "une menace élevée" ne signifie pas qu'il s'agit d'une "urgence de santé publique de portée internationale". À ce jour, on compte 4 474 infections dans 18 pays différents et 107 morts. Le coronavirus est beaucoup moins mortel que le SRAS, puisque les taux de mortalité sont respectivement de 3% et 9%. Pourtant, il semblerait que ce virus soit plus contagieux qu’on ne le pensait. Selon une prépublication disponible sur biorxiv par les chercheurs de l’Université de Hong Kong,  la contagiosité du virus a été sous-estimée et serait plus contagieux que le SRAS. Le ministre de la Santé chinois a déclaré que "la capacité de propagation du virus s’est renforcée."

Pour le moment, il est toutefois difficile de modéliser et de prédire l’expansion de l'épidémie sans un certain nombre de données. Éclairage avec Anne Goffard, virologue à l’Université de Lille et médecin au CHU de Lille.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Anne Goffard

Les théories complotistes se multiplient

De nombreuses fausses informations circulent sur les réseaux sociaux à propos du coronavirus, notamment des théories complotistes : on peut lire par exemple que ce virus aurait été créé dans les laboratoires américains. On voit même circuler des brevets liés à un coronavirus vieux de quelques années. Attention ! Ces brevets concernent des virus qui ne sont ni de la même famille, ni de la même souche.  Par exemple, les brevets qui date de 2015 concernent le virus de la bronchite infectieuse aviaire. De plus, si sa provenance exacte n'est pas encore connue, on sait que le coronavirus est d’origine animale. 

Les Etats-Unis renforcent leur législation sur les expérimentations de virus dangereux

Pour les besoins de leurs travaux, les chercheurs doivent parfois "potentialiser" un virus, c’est-à-dire le rendre plus dangereux, afin de pouvoir mieux se préparer aux pandémies. Selon la revue Nature, les Etats-Unis s’apprêtent à revoir les règles de communication et de divulgation des expériences sur les maladies à risques.  Les chercheurs appellent à une plus grande transparence autours de ces expériences. Reste à savoir jusqu’à quel point il est possible de communiquer sur des recherches aux contenus sensibles ?

Quelle situation en France ?

En France, la situation est simple : il n’y a pas d’épidémie. Depuis dimanche, les six nouveaux cas suspects de retour de Chine sont toujours confinés et attendent les résultats de leurs tests. Aucun nouveau cas de contamination n’a été déclaré depuis. Le gouvernement a mis en place une équipe médicale d'accueil à l’aéroport de Roissy. Par ailleurs, un premier rapatriement de Français est prévu ce jeudi, avec un vol pour les citoyens asymptomatiques et un second réservé à ceux présentant des symptômes. 

par Natacha Triou

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......