LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Parc National de Chobe- Botswana

Le Botswana, le berceau de l'humanité ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Homo sapiens serait apparu dans le nord du Botswana en Afrique australe et autres actualités scientifiques.

Parc National de Chobe- Botswana
Parc National de Chobe- Botswana Crédits : Daryl-Sharna - Getty

Une étude parue hier dans Nature affirme avoir localisé l’origine de l’humanité. On sait que notre espèce a évolué en Afrique, mais on ne sait pas où exactement. Selon cette étude, Homo sapiens serait apparu en Afrique australe, au nord du Botswana, au sud du bassin du Zambèze, une zone jadis verdoyante. Pour tirer ces conclusions, une équipe australienne a analysé l’ADN de plus de 1.200 personnes de cette région, plus précisément leur ADN mitochondrial, qui a la particularité d’être transmis par les mères. Les analyses ont décelé le plus vieux lignage génétique maternel appelé L0. Ils ont ensuite créé un arbre généalogique qui montre la séparation des populations anciennes. L’origine de notre espèce remonterait donc à il y a environ 200.000 ans dans cette région, avant de se disperser entre 110.000 et 130.000 ans. 

Interview avec Paul Verdu, chargé de recherche CNRS et généticien des populations au Musée de l’Homme :

Si vous regardez l'ADN mitochondrial, vous regardez une histoire très spécifique, celle de la lignée maternelle, l'unique lignée maternelle qui vous a donné naissance. A partir de là, ça nous donne à la fois une information extrêmement précise, mais aussi une information qui est malgré tout limitée. L'ADN mitochondrial ne va raconter qu'une partie de l'histoire génétique et généalogique qui vous a donné naissance. Donc, c'est à la fois une information cruciale et une information qui nous donne qu'une facette de l'histoire du peuplement humain. Il est clair que c'est un apport important pour nous, les généticiens, pour mieux comprendre l'histoire du peuplement humain. En revanche, si, et aussi une étude qui contextualise finalement assez peu. Ils vont chercher une origine dans ces populations là et y trouvent des lignées extrêmement anciennes, mais des lignées qu'on va retrouver également par ailleurs. L'une des grandes difficultés est que l'on considère que les populations qu'on a échantillonné aujourd'hui, qui vivent à un endroit aujourd'hui, on imagine qu'elles ont toujours vécu là. Là, ça commence à être une hypothèse beaucoup plus lourde de sens et de conséquence, beaucoup plus spéculative. Il va falloir mettre des bémols quant aux conclusions. Et là, les conclusions sont effectivement que ce sont ces régions là qui auraient porté, il y a cent mille ans, les ancêtres des lignées maternelles qu'on trouve aujourd'hui, ce qui est une hypothèse pour le moins questionnable. On a encore beaucoup de travail et beaucoup de pain sur la planche.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Paul Verdu

L’Arctique est devenue un émetteur de dioxyde de carbone

Selon une étude parue dans Nature Climate Change, avec la fonte des glaces, le pergélisol de l’Arctique libère à présent de grandes quantités de CO2. Il s'agit d'une vaste étude internationale qui a réalisé plus de 1.000 mesures réalisées à partir d’une centaine de détecteurs de dioxyde de carbone placés sur plusieurs sites de la région. L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que partout ailleurs et en fondant, le pergélisol libère environ 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an, soit deux fois plus que les derniers relevés. Ces quantités sont également plus élevées que ce que les plantes de la région sont capables de stocker durant l'été. Ces résultats indiquent que l’Arctique est devenue un émetteur de dioxyde de carbone. Selon le pire scénario de cette étude, les émissions du pergélisol pourraient augmenter de 41 % d’ici 2100.

Hygie : astéroïde ou planète naine? 

L’astéroïde Hygie pourrait être requalifié et devenir la plus petite planète naine de notre système solaire. En effet, de nouvelles observations qui viennent de paraître dans Nature Astronomy amènent à le reconsidérer. Suite aux images de haute résolution réalisées par l’instrument SPHERE (Spectro Polarimetric High contrast Exoplanet REsearch) du Very Large Télescope, on découvre que cet objet est plus large que prévu, et surtout sphérique. Le caractère sphérique d'un objet stellaire est l’une des conditions pour qu'il puisse être classé au rang de planète naine. Hygie en remplissait déjà trois : il n’est pas une lune, il tourne autour du Soleil et il n’a pas nettoyé les environs de son orbite. L’Union Astronomique Internationale (UIA) pourra trancher à son sujet en 2020. 

L’arbre évolutif des plantes vertes

Dans Nature, un consortium international vient de réaliser le plus grand séquençage génomique de plantes vertes jamais réalisé. Cet arbre évolutif le plus complet à ce jour pour les plantes vertes est le fruit de neuf années d’études. Aujourd'hui, on compte plus de 500.000 espèces de plantes, et le but de ce travail était de démêler les fondements génétiques de ce développement. Les chercheurs ont séquencé des transcriptomes - l'ensemble des gènes activement exprimés - de 1.124 espèces de plantes (algues vertes, mousses, fougères, conifères, plantes à fleurs). Les résultats mettent en lumière plus d’un milliard d'années d’évolution. L’une des caractéristiques de l'évolution des plantes est la fréquence de duplication du génome. Des lignées de plantes ont doublé, triplé voire quadruplé l’ensemble de leurs gènes, ce qui entraîne une taille massive du génome. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......