LE DIRECT

Les chauves-souris : de parfaits incubateurs à virus

5 min
À retrouver dans l'émission

Une étude met en lumière la puissance de leurs systèmes immunitaires ; et autres actualités scientifiques.

Crédits : Arterra - Getty

Une étude parue dans la revue eLife explique pourquoi les chauves-souris sont des réservoirs à virus. Ebola, la rage - et probablement  2019-nCov - sont autant d'épidémies qui proviennent de la chauve-souris. Dans cette étude, les chercheurs de l'Université de Berkeley se sont intéressés à leurs systèmes immunitaires particulièrement puissants. En laboratoire, des cultures cellulaires de singe et de deux espèces de chauves-souris (la roussette d'Egypte et la roussette à tête grise) ont été exposées à des virus proches de celui d'Ebola et de celui de Marburg. Chez le singe, les cellules ont été rapidement submergées. Chez les chauves-souris, en revanche, les cellules ont résisté à l'attaque virale. Très rapidement, elles produisent de l'interféron alpha, une molécule de signalisation antivirale. Par conséquent, le virus reste plus longuement dans leur organisme. C'est un processus physiologique qui fait de ces mammifères de parfaits incubateurs viraux. 

Jean François Julien est chargé de recherche CNRS au Muséum d’Histoire Naturelle. Il travaille sur les chauves-souris et nous parle de leur système immunitaire très développé. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Jean-François Julien

Moscou : bientôt le plus grand système de reconnaissance faciale au monde

La ville de Moscou est en train d’installer le plus grand système de reconnaissance faciale au monde. La capitale Russe est déjà dotée de 160 mille caméras de vidéosurveillance, soit une pour 74 habitants ! Depuis janvier, le maire de Moscou généralise ce dispositif. La ville a signé un contrat de  3,2 millions de dollars avec la société NTechLab. Officiellement, cette mesure sert à lutter contre la criminalité. Le nombre de caméras supplémentaires n’est pas annoncé, mais on sait qu’elles seront associées à FindFace Security, un logiciel qui permet d’alerter la police lorsque qu’un visage recherché est détecté.

Les planètes géantes gazeuses et les naines brunes se forment différemment

Une étude parue dans The Astronomical Journal perce un mystère : celui de la formation des planètes géantes gazeuses et des naines brunes. Les naines brunes, ne sont ni tout à fait des planètes, ni tout à fait des étoiles ; et elles partagent de nombreux points communs avec les planètes géantes gazeuses. Une équipe américaine a examiné de nouvelles observations sur des naines brunes dans 27 systèmes différents. La difficulté est que certaines orbitent autour de leurs étoiles sur des centaines d’années. Donc pour analyser leur orbites, ils se sont appuyés sur une intelligence artificielle basée sur les lois de Kepler. L’étude montre que les naines brunes, avec leurs orbites plus longues, se forment comme des étoiles ; tandis que les géantes gazeuses avec leurs orbites plus circulaires, se forment, elles, comme des planètes.

Le Yaravirus, un virus aux gènes inconnus

Au Brésil, les chercheurs ont découvert dans un lac artificiel un étrange virus : le Yaravirus, un virus aux gènes inconnus. Une équipe brésilienne l’a découvert dans un lac artificiel, puis a séquencé son génome : sur ses 74 gènes, seulement 6 sont référencés. 90% de son génome sont donc constitués de  « gènes orphelins » dont on ne connaît pas encore la fonction. Dans leur prépublication parue sur BioRXiv, les chercheurs ont aussi comparé le virus avec plus de 8.500 génomes sans parvenir à trouver un lien.  Pas d'inquiétude, il s'agit d'un virus inoffensif. Mais cela prouve, encore une fois, la grande diversité des ADN de virus.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......