LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

"Nous vivons bien une sixième extinction de masse, mais elle est plus sévère que prévue"

6 min
À retrouver dans l'émission

Une étude qui rend compte de l’ampleur de la crise de la biodiversité, et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : ZU_09 - Getty

On commence avec une étude parue dans la revue « Biological Reviews » qui affirme qu’il n’y a pas d’ambiguïté : nous vivons bien une sixième extinction de masse. Il y a les climato-sceptiques, ou ceux dans le déni de la crise climatique, mais il y a aussi les "biodiversité-sceptiques", lesquels affirment qu’il n’y aurait pas de grave crise de la biodiversité. Cette étude est une réponse à ce courant, dont l’argument principal est d’affirmer « qu’il est naturel que les espèces s’éteignent, et que le taux d’extinction actuel ne diffère pas du taux naturel ». Quand on regarde la liste rouge de l’UICN, qui récence les espèces menacées et éteintes, on voit que 900 espèces sont éteintes officiellement. Il s'agit là de 900 espèces parmi 2 millions, et en effet cela donne un taux de 0.04% ; mais selon les auteurs de cette étude, ce chiffre n’est pas représentatif de l’extinction en cours et la liste rouge de l’UICN est biaisée : elle ne prend pas en compte les invertébrés. Si c’était le cas, nous arriverions à des taux d’extinction de 7 à 13 %.

Benoît Fontaine travaille au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Office français de la biodiversité. Il est co-auteur de cette étude et confirme l’ampleur de cette crise.

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Benoit Fontaine

CoVid-19 : vers un scénario endémique

Hier, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré qu’une grande majorité de l’Europe serait bientôt contaminée par le variant Omicron. En date du 10 janvier, 26 pays de l’Union Européenne ont déclaré que plus d'1% de leur population attrapait le CoVid-19 chaque semaine. Selon l’OMS, à ce rythme-là, on peut s’attendre à ce que, dans les 6 à 8 prochaines semaines, 50% des européens soient infectés par le virus. « La pandémie de coronavirus évolue rapidement vers une endémie » a déclaré l'Agence Européenne des médicaments. Elle ajoute d'ailleurs : "Avec Omicron , il y aura  beaucoup d'immunité naturelle en plus de la vaccination. Personne ne sait exactement quand nous serons au bout du tunnel mais nous y arriverons".

2021 : de nouveaux records de températures océaniques

Selon une étude parue hier dans « Advances in Atmospheric Sciences », les températures des océans n’ont jamais été aussi élevées. Cela fait maintenant six années consécutives que les températures océaniques battent des records et ce, malgré des épisodes de froid comme La Niña, un phénomène climatique. La concentration accrue de gaz à effet de serre dans l'atmosphère augmente la teneur en chaleur des océans. A partir de deux ensembles de données, cette équipe internationale montre qu’en 2021, l'océan mondial était le plus chaud jamais enregistré depuis les premiers enregistrements des températures marines en 1950. « Si nous ne baissons pas nos émissions de gaz à effet de serre, les températures océaniques continueront de battre des records », avertissent les auteurs.

Un océan souterrain sur Mimas, l’un des lunes de Saturne

Un océan ? Il y’en aurait peut-être sous la surface de Mimas, la petite lune de Saturne. Ce sont les résultats étonnants de cette étude parue dans la revue « Icarus », alors qu'on ne pensait pas qu’il pourrait il y avoir là un océan souterrain.

Contrairement à Europe et Encelade, qui sont les lunes de Jupiter et de Saturne, on ne voit pas d’activité géologique sur la surface de Mimas. Ces chercheurs américains se sont appuyés sur les données de la sonde Cassini pour faire de nouvelles modélisations. Selon les calculs de sa chaleur interne, il pourrait y avoir un océan sous la coquille de glace de Mimas, à 24 kilomètres de profondeur, un océan liquide chauffé par les effets de marais, liés à la gravité de Saturne.

Ces résultats suggèrent, que dans notre système solaire, ces « mondes océaniques dissimulés » sont sûrement plus nombreux que nous ne le pensions.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......