LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pollution de l'air : les nouvelles cartographies des particules fines

4 min
À retrouver dans l'émission

Les outils pour mesurer les niveaux de pollution atmosphérique à Paris et autres actualités scientifiques.

Crédits : Getty

À l'occasion de la Journée nationale de la qualité de l’air, revenons sur les nouvelles cartographies de la pollution de l’air mises en ligne hier par la Mairie de Paris. Sur le site internet paris.fr, on trouve deux cartes : une qui mesure en temps réel le taux des polluants présents dans l’atmosphère, et une seconde pour les prévisions à venir. Les deux représentent 10 ans de travail et ont été élaborées par Air Parif, l’organisme de surveillance de la qualité de l'air. Des capteurs lasers sont placés sur des véhicules et des stations-fixes partout dans la ville et ils produisent environ deux millions de relevés quotidiens qui sont ensuite modélisés. Différents polluants sont mesurés : des gaz, tel que le dioxyde d’azote et l’ozone, mais aussi les particules fines et ultrafines. Sans surprise, ce sont les grands axes routiers qui sont dans le rouge et, plus surprenant, les bouches du métro. Pour le dioxyde d’azote, on se rend compte que 1,2 millions de franciliens sont soumis à un dépassement des valeurs limites : près du boulevard périphérique, les niveaux sont deux fois supérieurs au seuil réglementaire.

Interview avec Pierre Pernot. Il développe ces outils cartographiques en pollution particulaire chez Airparif depuis plus de 15 ans.

capture d'écan du site Paris.fr
capture d'écan du site Paris.fr

En Bref

  • Des particules fines découvertes dans du placenta

Des particules fines qui posent de plus en plus de question sur les impacts sanitaires. Hier, par exemple, dans la revue Nature Communications, une étude révélait la présence de particules de carbone dans le placenta de femmes enceintes. On ne mesure pas encore les conséquences que cela pourrait avoir sur le fœtus, mais cela pourrait expliquer les effets nocifs de la pollution pendant la grossesse.

  • La détection d'un pulsar hyper-massif

Pour la première fois, les astronomes de l’observatoire de Green Bank aux Etats-Unis ont détecté la plus massive des étoiles à neutron. Le pulsar J0740 6620 est 2,17 fois plus massif que le Soleil mais il est contenu dans une sphère large de seulement 30 kilomètres de diamètre. Il suffirait de quelques tonnes de plus pour qu’il dépasse la limite théorique au-delà de laquelle il s’effondrerait sur lui-même pour former un trou noir supermassif. Ce fameux point de bascule - où l’étoile devient un trou noir- est un sujet toujours débattu. On cherche encore à trouver la masse maximale autorisée par la physique. Les détails de cette découverte sont à découvrir dans la revue Nature Astronomy

  • Un véhicule atteint Mach 8,6 

L’armée américaine vient de battre un record de vitesse avec un véhicule qui roule à plus de 10.000 km/h. La base militaire d’Holloman a dévoilé une vidéo que l’on comprend à peine, même lorsqu’on la regarde au ralenti. L’engin se déplace précisément à 10.620 km/h, soit une vitesse de Mach 8.6. Par ordre de comparaison : Mach 1 correspond à la vitesse du mur du son. On ne sait pas grand-chose de cette vidéo,  excepté que l’Air Force Test Center expérimente un traîneau supersonique sur rail, pour tester la résistance de certains matériaux à une telle vitesse.

  • La découverte d'une nouvelle espèce de salamandre géante

La revue Ecology and évolution présentait hier une nouvelle espèce de salamandre géante : Andrias sligoi. Cette salamandre géante de Chine méridionale est le plus gros amphibien du monde. Elle mesure en moyenne un mètre de long, et la plus grande fait la taille d’un homme : 1,80 mètre ! On la connaissait déjà mais on pensait qu’il n’existait qu’une seule espèce de ce type. Après avoir analysé l’ADN de différents spécimens dans les muséums et dans la nature, les chercheurs chinois ont conclu qu’il existe trois espèces distinctes. Elles se seraient différenciées il y a environ 3 millions d’années, quand des montagnes se sont formées sur le plateau tibétain, ce qui a isolé certaines populations et les a amenées a évoluer différemment. A l’état naturel, cette salamandre géante est en danger critique d’extinction. 

par Natacha Triou

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......