LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La galaxie M51

La première détection d’une exoplanète extragalactique ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Nous avons peut-être détecté la première exoplanète en dehors de notre Voie Lactée, et autres actualités scientfiques :

La galaxie M51
La galaxie M51 Crédits : NASA

Selon une étude parue dans la revue "Nature Astronomy", nous avons peut-être détecté la première exoplanète extra-galactique. Depuis la première détection d’une planète extra-solaire en 1995, nous en avons identifié plus de 4.300. Toutes sont situées dans notre galaxie. Pour la première fois, nous avons peut-être identifié une exoplanète qui provient d’une autre galaxie que la Voie lactée : une planète de la taille de Saturne, située dans la galaxie spirale M 51, à 27 millions d’années-lumière de nous. La découverte de cette équipe américaine a en fait été réalisée par hasard. Avec le télescope spatial CHANDRA, les chercheurs étudiaient une binaire X, c'est-à-dire une étoile qui orbite autour d'une étoile à neutrons ou d'un trou noir, qui est assez faible en lumière normale mais qui émet beaucoup de rayons X. Pourtant en 2012, la source de rayons X a subitement disparu pendant 30 minutes. Cette disparition ne peut s’expliquer que par le passage d’une planète devant l’étoile en question. Si cette détection est confirmée, cela ouvrirait la porte à l’étude et à la détection d’autres exoplanètes extra-galactiques mais pour cela, il faudra encore attendre un certain temps...

Anne-Marie Lagrange est directrice de recherche au CNRS. Elle travaille à l’Observatoire de Paris.

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - BOB JDS Anne marie Lagrange OKOK

Superbactérie : les images détaillées de leur membranes 

Une étude parue dans la revue "PNAS" décrit les images les plus nettes jamais obtenues d’une bactérie vivante. Jamais un tel niveau de détails des superbactérie n'avait été obtenu, et il s'agit en l’occurrence de E. Coli. À l’aide d’un microscope à force atomique, une équipe britannique a produit des images de la membrane bactérienne avec un haut niveau de détails. On y voit les différentes densités de protéines à sa surface. Puisqu’on ne sait pas encore comment cette barrière est constituée, cette étude va nous permettre de mieux comprendre la défense clé des bactéries, et de quelle manière, grâce à ce bouclier, elles deviennent résistantes aux antibiotiques. 

Des paléo-incendies en Antarctique

Selon une étude parue dans la revue "Polar Research", l’Antarctique était en feu il y 75 millions d'années. À cette époque, à la fin du Crétacé, l’une des périodes les plus chaudes de notre planète, l’Antarctique, et plus précisément l'île James Ross, était une région sans glace. Elle était même verdoyante et abritait des conifères, des fougères, des plantes à fleurs mais aussi quelques dinosaures. Des chercheurs brésiliens ont analysé des fragments de charbon fossilisés de la taille d’une pièce d’un euro qui proviennent de cette île. Les analyses au microscope électronique à balayage montrent qu’il s’agit bien des restes d’un conifère carbonisé il y a 75 millions d'années. Selon les chercheurs, les paléo-incendies ont peut-être été beaucoup plus fréquents en Antarctique que nous ne le pensions. 

La découverte de près de 500 vestiges mayas et olmèques

Enfin, une étude parue dans la revue "Nature human Behaviour" décrit la découverte de près de 500 vestiges de civilisation mésoaméricaine. La technologie LIDAR fait encore ses preuves : cette technique de cartographie laser aéroportée permet de rendre visible ce qui est caché sous le sol ou la végétation. Des chercheurs américains ont analysé les données LIDAR qui ont couvert une zone vaste de 85 mille km², dans le Nord du Mexique. Ils ont identifié 478 structures architecturales, olmèques et mayas, construites entre 1.100 ans et 400 ans  avant notre ère, invisibles depuis notre surface. Ces complexes cérémoniels sont de forme rectangulaire avec 20 monticules sur les côtés est et ouest. C’est le même modèle spatial que celui de San Lorenzo, le plus ancien site archéologique olmèque, vieux de 1.150 ans avant notre ère. Selon cette étude, San Lorenzo aurait fourni un modèle pour les autres constructions ultérieures. Finalement, les populations olmèques et mayas ont peut-être partagé beaucoup plus que nous ne le pensions... 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......