LE DIRECT

Leucémies infantiles, des mécanismes identifiés

4 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi certaines leucémies ne sont diagnostiquées que chez les enfants et autres actualités scientifiques.

Crédits : Fritz Goro - Getty

Une étude parue hier dans la revue Cancer Discovery éclaire sur les mécanismes des leucémies pédiatriques. Chaque année en France, 2.500 cancers sont diagnostiqués chez les enfants, et pour un tiers, il s’agit de leucémies, aussi appelées « cancers du sang ». Une équipe Inserm - soutenue par la Ligue contre le cancer - travaille depuis des années sur la leucémie aiguë mégacaryoblastique, la plus grave de toutes et au taux de survie le plus faible. Pourquoi cette maladie est-elle plus souvent diagnostiquée chez les enfants ? En 2012, ils ont identifié une altération génétique qui provoque la transformation cancéreuse des cellules et qui est spécifiquement retrouvée chez les enfants mais pas chez les adultes. Cette altération génétique conduit à une inversion d’un chromosome - le chromosome 16 - qui déclenche une fusion anormale de deux protéines normalement indépendantes. L’équipe a examiné plus précisément l’expression de cette mutation. Interview avec Thomas Mercher, directeur de recherche à l’Inserm et à l’institut Gustave Roussy. Il a dirigé cette étude :

On a mis en place un modèle expérimental qui permet d'exprimer cette mutation chez la souris pour comprendre si cette fusion est suffisante pour induire une leucémie. On aurait pu mettre en évidence que si on l'exprime dans les cellules foetales, donc au cours du développement, la fusion entraîne une transformation leucémique qui est beaucoup plus agressive que si on l'exprime dans des cellules adultes ou il y a dans un certain nombre de cas pas de développement des cellules. Cela a permis de montrer que cette altération qui est retrouvée chez les patients, est bien causale pour le développement d'une leucémie.

L'identification de cette fusion de protéïne, est donc une nouvelle cible thérapeutique ? 

Oui, tout à fait. Cette étude l'a bien montré et qu'effectivement, c'est bien en fait la mutation qu'il faut cibler. Le système que l'on a utilisé est un système expérimental particulier où l'on peut exprimer la fusion et ensuite l'éteindre. On a montré que quand on éteint la fusion dans les cellules leucémiques, ensuite, les cellules arrêtent de proliférer et redone des cellules hématopoïétiques normales, des cellules du sang normales. On sait donc maintenant que c'est bien cette fusion qu'il faut cibler et les mécanismes qu'elle utilise au sein de la cellule. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Thomas Mercher

Dérèglement climatique : le reboisement massif n’est pas une bonne option

Selon une étude parue dans la revue Sciences : planter des milliards d'arbres n’est pas une solution au dérèglement climatique. Une précédente étude parue en juillet affirmait que replanter 1.000 milliards d’arbres permettrait de capturer 205 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, soit le tiers du CO2 émis depuis la révolution industrielle. Dans cette nouvelle étude, 46 scientifiques montrent que le reboisement massif de la planète n’est pas une bonne option. Cela est positif pour les zones touchées par la déforestation. En revanche, pour les zones qui ne sont pas boisées à l’origine - comme les savanes ou les pelouses - la démarche est contre-productive. Planter des arbres au mauvais endroit peut menacer les écosystèmes, voire provoquer plus d’incendies. Les chercheurs appellent à restaurer les forêts, tout en préservant la diversité des environnements naturels. 

DESI : un nouvel instrument pour étudier l’énergie noire

Le spectrographe DESI réalise ses derniers tests avant d’être opérationnel en 2020. C'est un instrument spectroscopique inédit qui a pour mission l’observation de l’énergie noire, cette force invisible dont on ne sait pas grand-chose mais qui expliquerait l’expansion rapide de l’univers. Le DESI est monté sur le télescope Kitt Peak en Arizona, et ses 5.000 robots sont dotés d’une fibre optique. À partir de 2020, il va cartographier le ciel pour mesurer la distance de 35 millions de galaxies.

De la vapeur d'eau sur 2I/Borisov

Selon une pré-publication sur ArXiv, la comète 2I/Borisov libère de la vapeur d'eau. On sait que les comètes de notre propre système solaire sont très riches en eau. À partir des observations spectroscopiques de l'Observatoire d'Apache Point au Nouveau-Mexique, une équipe américaine a détecté dans les éjections gazeuses de la comète des émissions d’oxygène - un traceur classique de la présence d’eau. Il manque encore des informations sur sa composition et sur la nature de son noyau pour déterminer précisément le taux de production de H2O, mais à première vue, 2I/Borisov continue de présenter les mêmes caractéristiques que les comètes de notre système solaire. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......