LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Des trous noirs supermassifs errants / Le plus ancien ADN d’Asie du sud-est

9 min
À retrouver dans l'émission

La théorisation d’une autre catégorie de trou noir, l’extraction du génome d’un fossile vieux de 7300 ans en Sulawesi et autres actualités scientifiques de la semaine.

.
. Crédits : NASA

Des trous noirs supermassifs errants

Après les Rogues planets ou planètes vagabondes, voici les Rogues black holes : les trous noirs supermassifs errants. Selon une étude parue dans la revue « Monthly Notices of the Royal Astronomical Society », il en existerait un très grand nombre dans notre univers. Une équipe américaine a fait un travail de simulation numérique pour modéliser les dynamiques des trous noirs supermassifs dans les galaxies. Alors qu’on les imagine plutôt stationnaires, en plein cœur des galaxies, cette étude montre qu’il y aurait toute une population de ces trous noirs qui ne sont pas exactement au coeur des galaxies mais qui orbitent autour. Cette même équipe à déjà emmené plusieurs travaux sur ces trous noirs vagabonds. Pour le moment, ce sont des objets théoriques mais selon les chercheurs, « nous pouvons nous attendre à des milliers de trous noirs errants dans les halos d'amas de galaxies ». 

Yohan Dubois est chercheur CNRS à l’Institut d’Astrophysique de Paris, il travaille sur les trous noirs et les galaxies à l’aide de simulation numérique.

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Yohan Dubois

Le plus ancien ADN ancien d’Asie du sud-est

Dans une étude parue dans la revue « Nature », les chercheurs de l’Institut Max Planck ont réussi à extraire de l’ADN ancien d’un fossile vieux de 7.300 ans de l’Asie du Sud Est. C’est le plus ancien ADN ancien qu’on a pu obtenir dans la région. Sur l'île indonésienne de Sulawesi, sur le site Leang Panninge, la "Cave aux chauves-souris",  les chercheurs ont découvert les restes d’une jeune femme. Dans ces régions chaudes et humides, il est très difficile d’extraire du patrimoine génétique des ossements, l’ADN se conserve mal. Par conséquent, l'histoire de la population des premiers humains modernes en Asie du sud-est est mal comprise. Les chercheurs pensaient que c’était impossible d’obtenir quoi que ce soit de ces ossements. Le génome de cette jeune femme, c’est une nouvelle pièce du puzzle génétique qui nous éclaire sur la préhistoire des îles d'Asie du sud-est. Voilà une preuve supplémentaire que les Denisoviens se sont croisés avec notre espèce.

Céline Bon est maîtresse de conférence du Muséum d’histoire naturelle, spécialisée en paléogénétique

En bref

- Une grande étude israélienne offre un aperçu détaillé du profil d'innocuité du vaccin à ARNm contre le SARS-CoV-2

- Le télescope spatial James Webb achève sa dernière phase de test

- Un nouveau type de graphène ouvre la voie à des batteries au sodium durables

- Les cacatoès sauvages fabriquent des ustensiles à partir de branches d'arbres pour ouvrir les noyaux de fruits

Improbablologie : Les poulpes femelles jettent des objets sur les mâles qui les harcèlent

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......