LE DIRECT
 Gliese 436 b et son étoile Gliese 436

Gliese 486 b : la meilleure candidate pour étudier l'atmosphères des exoplanètes

8 min
À retrouver dans l'émission

Cette exoplanète rocheuse possède peut-être une atmosphère ; et autres actualités scientifiques de la semaine.

 Gliese 436 b et son étoile Gliese 436
Gliese 436 b et son étoile Gliese 436 Crédits : NASA - Getty

On commence ce journal avec une étude parue aujourd’hui dans la revue Science. Grâce à la découverte de Gliese 486 b, nous allons peut-être enfin pouvoir étudier l’atmosphère d’une exoplanète. Pour les futures études sur les atmosphères extraterrestres, elle est la candidate idéale. Gliese 486 b est l’une des exoplanètes les plus proches de nous, à 26 années-lumière. Elle a été détectée en 2016 par le télescope Spatiale TESS. Les chercheurs de l'Institut Max Planck ont combiné la méthode des transits avec la méthode des vitesses radiales. Selon eux, elle fait 1,3 fois la taille de la Terre pour 2,81 masses terrestres. C’est une super Terre, une planète rocheuse. Non seulement elle est proche de nous mais en plus, elle passe entre nous et son étoile, une naine rouge, ce qui permet à son atmosphère, si elle existe, d'être rétro-éclairée. De plus, elle fait le tour de son étoile en seulement 1 jour et demi : pour la spectroscopie d'émission, c’est une distance idéale. Elle ressemble plus à Vénus qu’à notre planète. Sa température de surface est d’environ 430°C. C’est très chaud, mais assez froid pour supporter une atmosphère. Il est hautement improbable qu’on y trouve des traces de vie, comme le titrent certains journaux, mais elle constitue un excellent laboratoire pour mieux comprendre les planètes rocheuses comme la nôtre et pour déterminer à quel point elles peuvent retenir, ou non, leur atmosphère.  

En bref

- Pour la première fois, de la matière organique cruciale pour la vie a été trouvée sur la surface d'un astéroïde

- Une étude conforte les suspicions d’un cluster de “bébés sans bras” dans l’Ain

- Les poulpes ressentent non seulement la douleur physiquement, mais aussi émotionnellement

Improbablologie : Les excréments de poissons contribuent chaque année à environ 1,65 milliard de tonnes de carbone

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......