LE DIRECT
Modèle 3D du coronavirus COVID-19

Coronavirus : existe-t-il deux souches, dont une plus mortelle ? / VIH : une découverte "révolutionnaire" ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Deux études très médiatisées ces derniers jours, l'une sur le coronavirus, l'autre sur le VIH et autres actualités scientifiques de la semaine.

Modèle 3D du coronavirus COVID-19
Modèle 3D du coronavirus COVID-19 Crédits : Jiang Hao Photography - Getty

Coronavirus : existe-t-il deux souches, dont une plus mortelle ?

Selon une étude chinoise parue dans National Science Review : le coronavirus aurait muté. Cette étude de phylogénétique fait beaucoup parler d’elle. Selon les chercheurs de l’Université de Pékin, deux souches du nouveau coronavirus se répandent dans le monde. Ils ont analysé 103 séquences du SARS-CoV-2 et ont trouvé des mutations communes à deux endroits du génome. Selon eux, le virus se partagerait en deux types : L et S. L serait un dérivé de l'ancien type S et serait présent à 70%. Ces mutations se produisent en cas d'erreurs pendant la réplication du matériel génétique. Tous les virus mutent mais avant de s’inquiéter, tout dépend de l’ampleur de la mutation. Existe-t-il deux souches, dont une plus mortelle que l'autre ?

Isabelle Imbert est enseignante-chercheuse à l'Université d'Aix-Marseille et travaille sur les coronavirus depuis 2004. Selon elle, les différences entre les deux souches sont si minimes, qu’on ne peut même pas parler de « souches » distinctes.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS 1 Isabelle Imbert

"Une découverte majeure pour la lutte contre le VIH" ?

Une start-up française aurait fait une "découverte majeure pour la lutte contre le VIH".  Leurs travaux ont été publiés dans le revue Journal of Clinical Investigations. Cela a fait les gros titres toute la semaine et toute la presse française a qualifié cette étude de "révolutionnaire".  Ce papier présente la découverte d’une enzyme qui serait responsable du dysfonctionnement du système immunitaire des personnes infectées. Depuis longtemps, on sait que le virus s’attaque aux lymphocytes T CD4 . Selon cette start-up, l'enzyme PLA 2G1B, secrétée par le pancréas, travaillerait en alliance avec le virus pour altérer l’immunité lymphocytaire. L’entreprise a aussi déclaré qu’elle était en train de développer un anticorps pour neutraliser cette enzyme et pour en inverser les effets.

Dominique Costagliola est directrice recherche à l’Inserm et travaille sur le VIH depuis 1986. Selon elle, ce travail reste très très lacunaire. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS 2 Dominique Costagliola

En Bref

- Après 90 ans de recherche : les scientifiques révèlent la structure du benzène

- Une peinture qui refroidit tout ce qu’elle couvre

- Le docteur Jacques Leibowitch, un des pionniers de la lutte contre le sida, est mort

- L'Europe a enregistré son hiver le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques

- “Persévérance” : le rover de la mission Mars 2020 a désormais un nom

- Improbablologie : cet artiste pilote un robot avec son sphincter

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......