LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La grotte de Denisova en Sibérie

Des fragments de crâne de l’homme de Denisova

10 min
À retrouver dans l'émission

La découverte de fragments de crâne de l’homme de Denisova, les causes du cannibalisme chez l'homme de Néandertal, l'emballement médiatique autours du "patient de Londres", le deuxième cas de rémission du VIH et autres informations scientifiques de la semaine.

La grotte de Denisova en Sibérie
La grotte de Denisova en Sibérie Crédits : Getty

Des fragments de crâne de l’homme de Denisova 

On commence avec le premier sujet de ce journal et l’annonce de la découverte de fragments de crâne de l’homme de Denisova.

Il y a encore 10 ans, on ne connaissait même pas l’existence de cette espèce du genre humain, qui a cohabité avec l’homme de Néandertal. C’est en 2010 qu’on a retrouvé en Sibérie, dans la grotte de Denisova, une phalange dont l’analyse ADN a révélé qu’il ne s’agissait ni d’Homo Sapiens, ni des Néandertaliens. 

Par la suite, toujours dans cette grotte, on a retrouvé une dent. Cet été, une analyse ADN a montré que l’homme de Denisova et la femme de Néandertal s’étaient croisés. 

Pour le moment, de Denisova, on ne connaît que son génome. Donc la découverte de ces fragments de crâne, c’est un peu un Graal pour les paléontologues. Les parutions scientifiques sont attendues le 27 mars mais il y a déjà beaucoup à en dire. 

On en parle avec Evelyne Eyer, professeure en anthropologie génétique au Muséum National d’Histoire Naturelle.

Du cannibalisme de survie chez l’homme de Néandertal

Une étude de Paléoécologie parue dans Journal of Archaeological Science revient sur les causes du cannibalisme chez l’homme de Néandertal. C’est un sujet qui est largement débattu par les chercheurs... Cette étude a été menée à partir des restes humains trouvés sur le site de la baume Moula-Guercy en Ardèche. Elle met en évidence l'impact des changements environnementaux sur les modes de vie de ces chasseurs-cueilleurs. Durant l’ère quaternaire, on sait que le climat a brutalement changé mais on ne sait pas bien comment les Néandertaliens ont réagi au passage interglaciaire. L’étude des couches géologiques de cette période montre un effondrement drastique de la population animale et humaine ; des espèces disparaissent, la biomasse s’effondre. Alors comment les Néandertaliens ont-ils réagi face à ces nouveaux écosystèmes ?  Réponse avec Alban Defleur, chercheur au Laboratoire de géologie de Lyon et co-auteur de cette étude avec Emmanuel Desclaux.

Le «  patient de Londres », un 2e cas de rémission du VIH

Revenons sur le «  patient de Londres », le 2e cas de rémission du VIH,  largement traité par les médias cette semaine. C’est un cas assez similaire au «  patient de Berlin », il y a 10 ans, le premier homme à avoir guéri du VIH.  Ce « patient de Londres » a suivi un traitement similaire, un traitement très lourd et à risque.

Pour traiter un lymphome, il a reçu une greffe de moelle osseuse. La greffe provenait d’un donneur porteur d’une mutation génétique sur le co-récepteur CCR5, une mutation qui confère une résistance à l’infection au virus. Depuis 19 mois, sa charge virale est indétectable.  

On a beaucoup entendu qu’il représentait "un espoir de guérison". Mais attention, même dans la lettre parue mardi dans Nature, l’équipe médicale n’emploie pas ce terme. Pour l’instant, les facteurs de succès de l’opération n’ont pas été identifiés et entre-temps, d’autres essais similaires ont échoués. Des pistes de recherche sont ouvertes, mais on ne peut pas parler de stratégie thérapeutique. 

Le point de vue de François Berdougo chez Médecin du monde, l’auteur de La fin du sida est-elle possible ? aux éditions Textuel. 

En bref

- Le rapport alarmant de WWF sur la pollution plastique

- Les écosystèmes marins menacés par les canicules océaniques

- Le vaccin contre contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ne provoque pas l'autisme

- Improbablologie : un élixir d'immortalité vieux de 2000 ans

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......