LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les perroquets gris du Gabon font preuve d'altruisme, c'est ce que révèle une étude récente

Les perroquets aussi sont altruistes / Thérapie génique : quelle intégration dans le génome ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Pour la première fois des oiseaux ont fait preuve d'altruisme ; il s'agit de perroquets gris du Gabon / Les thérapies géniques recourant aux vecteurs viraux adéno associés ntègrent le génome et favorisent la croissance de cellules, un mécanisme à surveiller.

Les perroquets gris du Gabon font preuve d'altruisme, c'est ce que révèle une étude récente
Les perroquets gris du Gabon font preuve d'altruisme, c'est ce que révèle une étude récente

Les perroquets gris du Gabon font preuve d'altruisme

On savait ces perroquets doués d’intelligence pour résoudre certains problèmes lors d’expérimentations, au point qu’on les surnomme les « singes à plumes ». Avec les corvidés, ils font partie de ces oiseaux aux capacités cognitives les plus développées, mais alors que les corbeaux et autres corneilles n’ont jamais montré lors d’expérience qu’ils étaient capables d’aider leur prochain, ou d’avoir un quelconque comportement altruiste, les perroquets gris du Gabon viennent de le montrer. C’est ce que rapporte une étude menée par chercheurs de l’Institut d’ornithologie Max Planck en Allemagne. 

Dalila Bovet est enseignante chercheuse au laboratoire « Ethologie, cognition et développement » à l’Université Paris Nanterre et elle étudie tout particulièrement les perroquets gris du Gabon.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Dalila Bovet : l'altruisme des perroquets

Thérapie génique : quelle sûreté pour les vecteurs ?

On en parlait dans l’émission que nous consacrions il y a peu à ce sujet, la question des vecteurs est cruciale pour l’efficacité d’un traitement par thérapie génique. Les vecteurs viraux adéno associés, les AAV, dérivent d’un virus baptisés adéno virus et ont été transformés pour s’adapter aux besoins de la thérapie génique. 

Au cours du dernier congrès annuel de la société américaine d'hématologie une présentation, qui n’a pas valeur d’étude revue par les paires, a mis en évidence que chez des chiens atteints d’hémophilie et traités par thérapie génique, les vecteurs viraux adéno associés intégraient le génome. Or, cette intégration semble favoriser la croissance de certaines cellules ce qui fait revenir sur le devant la scène la crainte d’un lien entre traitement par thérapie génique  par AAV et l’oncogénèse. 

Prudence et surtout pas d’emballement, c’est que nous dit Giuseppe Ronzitti, responsable d’équipe au Généthon et chargé de recherche INSERM.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Giuseppe Ronzitti : thérapie génique

En bref

Mars, un continent caché ?

Un fragment de cerveau humain de 2.600 ans très bien conservé

Migraine : de nouveaux médicaments préventifs redonnent de l’espoir aux malades

Quand le bug de l'an 2000 resurgit en 2020

Improbablologie : Une “corne de dragon” lui pousse dans le dos 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......