LE DIRECT

Esprit du Nobel, es-tu là ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Un retour sur cette édition 2019, la première remorqueuse spatiale et autres actualités scientifiques.

Crédits : Chris Jackson Collection - Getty

Revenons sur cette semaine de remise des Prix Nobel 2019, qui a commencé lundi avec celui de médecine. Il a été attribué à William Kaelin, Gregg Semenza et Peter Ratcliffe, pour leurs travaux communs sur l’hypoxie. Mardi, le prix Nobel de physique a été décerné à trois autres chercheurs : James Peebles pour ses travaux en cosmologie, et Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la toute première exoplanète en 1995. Enfin mercredi, le prix Nobel de chimie a été attribué à un autre trio : John Goodenough, Stanley WhittinGam et Akira Yoshino pour leur invention de la batterie Lithium-ion. Chacun de ces prix récompense des découvertes majeures, mais de nombreuses critiques ont été émises cette semaine. Le manque de parité des nominations a été évoqué : sur les neuf lauréats, soit le maximum possible, aucune femme n'a été nommée. D'autres critiques ont été formulées sur l’âge des lauréats : John Goodenough par exemple ayant 97 ans, la dotation de 800 000 euros ne vient pas exactement soutenir la jeune recherche. L'esprit des prix Nobel n'aurait-il pas disparu ? 

Retournons dans le testament d’Alfred Nobel avec Antoine Jacob, ancien correspondant à Stockholm et auteur du livre Histoire du prix Nobel aux éditions François Bourin.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Antoine Jacobin

La première remorqueuse spatiale

Après les embouteillages dans l’espace, voici le dépannage spatial. Le MEV-1 (pour Mission Extension Vehicle) a pour objectif de ravitailler le satellite de télécommunication Intelsat 901, un autre satellite en orbite depuis 18 ans. Il ne devait marcher que 13 ans. Aujourd'hui, il fonctionne encore très bien mais il manque de carburant pour se maintenir sur son orbite géosynchrone. L’opérateur de télécommunication a donc décidé de faire appel à une dépanneuse de l’espace pour lui fournir de l’ergol, ce qui devrait lui permettre de poursuivre sa mission pendant encore deux ans, peut-être cinq. Le MEV-1 lui, a une durée de vie de quinze ans et a suffisamment d’ergol pour ravitailler d’autres engins. Prolonger la vie des satellites de cette façon est une opération inédite. 

Interview avec Stéphane Bérrivin, chef du service architecture plateforme Télécom au CNES à Toulouse

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Stephane Berrivin

En bref

- Mort d’Alexeï Leonov, premier homme à être sorti dans l’espace en 1965

- Ces 20 firmes responsables d’un tiers des émissions mondiales de carbone depuis 1965

- Les cosmonautes à bord de l'ISS ont dégusté de la viande imprimée en 3D

- Mars abritait des lacs salés il y a 3,5 milliards d'années

- Découverte incroyable de 20 nouvelles lunes autour de Saturne

- Première mondiale : un diamant découvert à l'intérieur d'un autre diamant

- Improbablologie : Des chercheurs ont peint des vaches comme des zèbres pour comprendre l’utilité des zébrures

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......