LE DIRECT

L’architecture des neurones se dévoile / CHEOPS : un télescope spatial pour les exoplanètes

10 min
À retrouver dans l'émission

Les observations à échelle moléculaire des axones, les missions du nouveau télescope CHEOPS et autres actualités scientifiques.

Crédits : Corbis - Getty

L’architecture des neurones se dévoile

Grâce à une étude parue aujourd’hui dans la revue Nature Communications, on comprend mieux l’architecture des neurones, et plus particulièrement, la structure des axones. Un axone est le prolongement du neurone, qui transporte l'influx nerveux vers les synapses. Cette fibre nerveuse peut être extrêmement longue et l’organisation de son cytosquelette - le squelette à l’intérieur de ces cellules - restait un mystère pour les biologistes. 

Une équipe française a cherché à observer l’actine, un des deux grands composants du cytosquelette. Pour la première fois, ils ont combiné deux techniques d’observation : des techniques de microscopie optique et électronique. Ils sont ainsi parvenus à observer ces structures à l’échelle moléculaire, avec une précision jamais atteinte. 

Entretien avec Christophe Leterrier, chercheur CNRS à l'institut de neurophysiopathologie à Marseille, et co-auteur de cette étude avec Stéphane Vassilopoulos de l'Institut de myologie a Paris. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Christophe Leterrier

CHEOPS : un télescope spatial pour les exoplanètes

Le lancement du télescope spatial CHEOPS a eu lieu mercredi. CHEOPS est un télescope de l’ESA et du bureau spatial suisse. Il a pour mission d’analyser plus précisément les exoplanètes déjà détectées.  En 24 ans, nous en avons découvert plus de 4.000. Leur diversité est immense et certaines n’ont pas d’équivalent dans notre système solaire. C'est ainsi que pendant 3 ans et demi, CHEOPS va cibler 400 étoiles. Bien qu'il s'agisse d'un petit télescope, il n'en reste pas moins très précis car il va observer une étoile à la fois, contrairement à des télescopes comme Kepler ou Tess qui visent de grandes régions du ciel. Ces observations vont permettre de mieux caractériser l’orbite, la densité, la masse et le diamètre des exoplanètes, mais aussi leur composition (si elles sont faites d’eau, de gaz, ou de roche). Ce qui va être mesuré plus précisément, ce sont les transits planétaires. 

Entretien avec Magali Deleuil, enseignante-chercheur au laboratoire d'astrophysique et membre de l'équipe scientifique de la mission. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Magali Deleuil

30 ans plus tard, l’origine de la maladie de la vache folle a peut-être été découverte

Après 7 ans de recherche, une équipe française vient de publier ses résultats dans la revue PNAS. La vache folle - l'encéphalopathie spongiforme bovine - fait partie des maladies à prions, autrement dit des maladies neurodégénératives comme la tremblante du mouton par exemple, ou encore la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez l'homme. L’équipe a injecté des prions de la tremblante du mouton à des souris transgéniques génétiquement modifiées pour qu'elles expriment la protéine prion bovine. Résultat : les rongeurs ont développé la maladie de la vache folle, ce qui signifie que la maladie peut franchir la barrière des espèces. C’est la première fois que l’on vérifie cela par expérimentation. Pour les chercheurs, cela ne fait aucun doute : pour éviter un renouveau d’épidémie, il faut maintenir l’interdiction des farines animales.

Les origines du séisme du Teil 

Le 11 novembre 2019, un séisme de magnitude 5 a frappé l’Ardèche. En France métropolitaine, l'événement est très rare, encore plus dans cette région. Le CNRS a donc regroupé un comité d’experts pour enquêter sur l’origine de ce tremblement de terre. L’extraction de roches dans les carrières avoisinantes était suspectée… L’hypothèse n’est pas exclue mais, selon les premiers résultats du rapport publié cette semaine, "il est peu probable que ce séisme du 11 novembre 2019 puisse être relié à l’effet d’un tir de carrière en particulier (...) En revanche, il est envisageable que l’effet des tirs de carrière répétés sur des décennies puisse produire un affaiblissement progressif de la faille en profondeur, ce qui, combiné aux contraintes tectoniques, aurait pu faciliter l’occurrence du séisme". Vue sa magnitude, il aurait été causé par la pression entre les plaques tectoniques.

Paracétamol, ibuprofène et aspirine ne seront plus en libre service dans les pharmacies

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament a annoncé qu'à partir du 15 janvier, le paracétamol, l'ibuprofène et l'aspirine ne seront plus distribués en libre service dans les pharmacies. Ces dernières années, le nombre de complications liées à ces médicaments a augmenté, que ce soit du fait d'un surdosage ou d'une mauvaise utilisation… Ainsi, le doliprane, l’efferalgan, le nurofen ou l'advil seront dorénavant de l’AUTRE côté du comptoir... Pas besoin d’une ordonnance, mais il faudra passer par les conseils du pharmacien avant l’achat. Les boites seront également accompagnées d’un message sur les risques pour le foie en cas de surdose. 

Le canyon terrestre le plus profond au monde

Une équipe internationale a découvert le canyon terrestre le plus profond au monde. Il s’agit d’un canyon souterrain rempli de glace, qui se trouve sous le glacier Denman, en Antarctique. Il descend sous le niveau de la mer jusqu’à 3,5 kilomètres.  C'est un nouveau record puisqu'il est plus profond que le canyon de Colka au Pérou. Des glaciologues ont réalisé la cartographie la plus précise à ce jour des reliefs de l’Antarctique, cachés sous la calotte glaciaire. Leurs résultats viennent de paraître dans la revue Nature Geoscience. Pour mettre à jours ces paysages dissimulés, ils ont combiné des données radar, des mesures sismiques et des observations satellitaires sur l'épaisseur de la glace et sur ses mouvements. Cette carte permet aussi d’identifier les régions les plus sensibles face à la hausse des températures.

Pourquoi les baleines bleues sont-elles gigantesques ?

Pourquoi les baleines bleues sont-elles gigantesques ? Et pourquoi d'autres baleines sont juste très grandes ? Selon une étude parue dans Science : la taille des animaux dépend du style d'alimentation et de la disponibilité des proies. Une équipe internationale a attaché des capteurs à plus de 100 cétacés et les ont suivis pendant 10 ans. Ils ont mesuré la quantité de calories absorbées par repas et par plongée, puis ont estimé la quantité d'énergie dépensée par les baleines. Les chercheurs ont découvert que : pour les baleines à dents - les plus petites, qui se nourrissent de grandes proies - le fait d'être grosses les aide à plonger plus profondément pour chasser des proies plus caloriques. En revanche, pour les baleines à fanons (comme c'est le cas de la baleine bleue) qui se nourrissent de plancton, l’alimentation par filtres n’est efficace que du fait de la taille de leur bouche. Cela expliquerait leur évolution vers des tailles corporelles extrêmes.  

En très bref

- Espace : la capsule Starliner va revenir sur Terre, échec majeur pour Boeing et la Nasa

- À quoi servira le “soleil artificiel” que prépare la Chine pour 2020 ?

- Les "zones mortes" dans les océans pourraient se multiplier bien plus vite qu’on ne le pensait

- Improbablologie : un homme né sans testicules en reçoit un de son jumeau, donc ses enfants auront son propre ADN

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......