LE DIRECT
 STEFFEN OLSEN / TWITTER

La fonte précoce des glaciers du Groenland

9 min
À retrouver dans l'émission

L’impressionnante hausse des températures au Groenland, les progrès de la technologie Crispr Cas9 et autres actualités scientifiques de la semaine.

 STEFFEN OLSEN / TWITTER
STEFFEN OLSEN / TWITTER

"Au Groenland, le point de bascule est déjà atteint "

L'image a été beaucoup partagée et a suscité beaucoup de réactions cette semaine : sous un grand soleil, des chiens de traîneaux marchent sur une banquise recouverte d’eau. Un météorologue danois l’a publiée pour alerter sur la situation au Groenland. Actuellement, la région enregistre des températures exceptionnelles pour le mois de juin : 17,5 C°. La fonte des glaces de l‘été ne commence habituellement que dans que dans trois ou quatre semaines. Les glaciers du Groenland fondent sur le haut à cause des températures plus élevées, mais ils fondent aussi sur la périphérie parce que les eaux des océans sont plus chaudes. En Arctique et en Antarctique, la cryosphère - l’eau à l’état solide - est particulièrement impactée. Dans cette région, on n’a pas vu un tel réchauffement depuis 2012. Donc on peut se demander s’il s’agit de variations saisonnières. 

Gaël Durand est chercheur à l’Institut des Géosciences de l’Environnement de l’Université de Grenoble. Pour lui, cette situation est symptomatique de ce qu’on observe depuis une vingtaine d’années. 

Ce que l’on observe depuis une vingtaine d’années, c'est une hausse rapide des températures : globalement la température a augmenté de 1°C par rapport à la période préindustrielle. Si on regarde sur l’Arctique, cette augmentation est plutôt autour de 5°C c’est ce qu’on appelle "l'amplification polaire". La perte de masse du Groenland contribue, à lui seul, au deux tiers de l’élévation du niveau de la mer. 

Le 13 juin, deux milliards de tonnes de glace ont fondu en une seule journée. La calotte du Groenland perd, en moyenne, chaque année, 200 milliards de tonnes de glace. Cela signifie qu'1 % de la perte de la masse s’est concentrée sur cette seule journée : l'événement est significatif.

La fonte des glaces au Groenland s’est multipliée par quatre en dix ans. Cette semaine au Canada, une partie du pergélisol a fondu alors que les scientifiques s'attendaient à une fonte en 2090. Ce qui se passe dans ces régions polaires, au-delà des températures pures, c’est que les régimes de vents changent d’une telle manière qu’ils portent des sources de chaleur beaucoup plus rapidement que prévu et cela n’est pas très bien reproduit dans les modèles. Les deux calottes du Groenland et de l’Antarctique ont toutes les deux des points de bascule. On estime que si la température augmente de 1,5°C à 2°C, la calotte du Groenland ne pourra plus se maintenir. Avec pour conséquence l’élévation du niveau de la mer jusqu’à 7 mètres. Ce sont des échelles de temps assez longues mais plus l’atmosphère se réchauffera plus ces échelles de temps seront courtes. Alors, qu'en est-il du point de bascule du Groenland ?  

Interview téléphonique avec le glaciologue Eric Rignot, professeur à l’Académie de Californie.

Crispr Cas9 : une nouvelle méthode de " colle moléculaire"

Deux études parues dans les revues Nature et Science présentent un nouvel outil d’édition génétique qui améliore la technique Crispr Cas9, la technique des "ciseaux moléculaires", pour modifier le génome. Cette technologie fait l'objet de nombreuses recherches car elle apparaît comme une solution pour traiter des maladies aujourd'hui incurables. Mais cette technologie reste encore très limitée. Pour modifier une séquence d’ADN, il s’agit de couper l’ADN à un endroit précis. Mais au moment de la réparation de cette « cassure », des off-target peuvent apparaître. Les off-target sont des mutations génétiques non désirées qui peuvent se développer de façon aléatoire et dangereuse. Cette nouvelle méthode a été baptisé « INTEGRATE ». Elle fonctionne non plus comme des "ciseaux", mais comme une "colle moléculaire". Elle exploite les caractéristiques des gènes sauteurs de bactéries appelés les transposons

Interview téléphonique avec David Bikar - directeur du laboratoire de biologie de synthèse à l’Institut Pasteur. Il est actuellement au Québec à la conférence annuelle sur les Crispr où cette innovation fait grand bruit. 

En bref,

- Selon une étude internationale parue mercredi : la France est le pays au monde le plus réticent aux vaccins.

- Une nouvelle méthode de chimiothérapie est à l’essai dans sept hôpitaux français : la chimiothérapie par spray.

- La NASA a présenté le projet d’une horloge atomique spatiale.

- Selon une étude parue dans Proceedings of the National Academy of Sciences, l’expressivité du chien a été un avantage sélectif dans la l’histoire de l’évolution.

- Sciences improbables : un cas très rare de lait maternel secrété par la vulve.  

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......