LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Vieillissement cérébral : un mécanisme clé identifié / Le point de bascule pour la biosphère terrestre

6 min
À retrouver dans l'émission

L'identification de cellules du système immunitaires responsable de l'inflammation cérébrale due à l'age, les limites des capacités de "puis de carbone" des plantes ; de et autres actualités scientifiques de la semaine.

.
. Crédits : Andriy Onufriyenko - Getty

Une étude parue dans la revue Nature a identifié un mécanisme clé du vieillissement cérébral. Le vieillissement cérébral est en partie lié à de fortes réponse inflammatoire. Depuis longtemps, on pense que réduire cette inflammation cérébrale pourrait retarder le déclin cognitif due à l’âge. Mais quelles sont les cellules du système immunitaires qui déclenchent cette surmultiplication inflammatoire? Des biologistes américains viennent de faire une avancé. Ils ont découvert que le dérèglement des cellules myéloïdes seraient responsables de cette inflammation. Les chercheurs ont d’abord comparé les cellules de souris et de personnes âgées, avec des plus jeunes. Ils ont constaté que les plus âgés, produisent en plus grande quantité une hormone : la PGE2, la prostaglandine E2 qui peut favoriser l’inflammation, et qui se lie au récepteur EP2 des cellules myéloïdes. Les chercheurs ont ensuite traité des souris pour bloquer cette liaison PGE2- EP2. Ce qui a permis de stopper l’inflammation et de rajeunir la bioénergie cellulaire. Nous sommes encore très loin d’une application clinique, mais cette étude suggère que le vieillissement cognitif n’est peut-être pas une condition irrévocable.

2040 : un point de bascule pour la biosphère terrestre

Selon une étude parue dans Science Advences : avec le réchauffement climatique, la biosphère terrestre va atteindre un point de bascule en 2040.  L'activité des plantes, par la photosynthèse, fait respirer notre planète en échangeant du dioxyde de carbone et de l’oxygène. On estime que la biosphère adsorbe 30% des émissions de carbone provoqué par l’humain. C’est ce que l’on appel  « la capacité de puits de carbone », et cela atténue le changement climatique. Une équipe internationale montre que ces capacités d’absorption ne sont pas illimité. Les chercheurs ont analysé les données du plus grand réseau de surveillance continue des flux de carbone, sur 20 ans. Il s’avère que pour tous les écosystèmes du monde, les taux de photosynthèse baisse lorsqu’il fait trop chaud. La photosynthèse est dépendante de la température, et à mesure que la planète se réchauffe, la force de ces puits de carbone s’amenuise. À l'heure actuelle, 10% de la biosphère terrestre subit déjà des températures au-delà de ce maximum photosynthétique. Selon les auteurs, nous ne pourrons plus compter sur ces puis de carbone d’ici 2040. Dans 20 ans, nos arbres auront perdue la moitié de leur capacité d’absorption. Ce qui accélérera donc le changement climatique.

En bref

- Un pesticide commun interfère avec les cycles de sommeil des abeilles

- À Bali, les macaques voleurs ont appris à reconnaitre les objets de valeur

- Les astronomes repèrent un incroyable système à six étoiles avec trois séries d’éclipses

- Regardez un calmar robot se propulser dans l'eau avec rythme

- Cette exoplanète extrêmement pelucheuse change notre compréhension de la formation planétaire

Improbablologie : Des scientifiques décrivent pour la première fois le cloaque d’un dinosaure

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......