LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Nobel 2019 : des soupçons de fraude / CoVid-19 : faut-il des mesures différenciées par âge ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Des questions de méconduites scientifiques autours du nobeliste Gregg Semenza / Pour mieux lutter contre la pandémie, faut-il centrer une protection unique sur les personnes âgées ? Et autres actualités scientifiques de la semaine

.
. Crédits : Chris Jackson Collection - Getty

Nobel 2019 : des soupçons de fraude

Des soupçons de fraude plane sur Gregg Semenza, le lauréat du prix Nobel de médecine 2019. Le Professeur de l'Université Johns Hopkins aux États-Unis a été récompensé l’an dernier pour sa découverte des protéines HIF, impliquées dans l’oxygénation des cellules. Le journaliste d’investigation Léonid Schneider, ainsi qu’Elisabeth Bik, la microbiologiste spécialiste en méconduites scientifiques, rapportent quelques soucis... Une trentaine d’article du nobéliste apparaissent sur le site de PubPeer, un forum de discussion scientifique où les publications sont examinées à la loupe pour vérifier si les figures sont bien conformes. Grace à ce site, il est déjà apparu un certain nombre d’affaires, car les falsifications passent parfois au travers des mailles de l’examen par les paires. Ce qui apparait sur PubPeer donc, c’est que les articles de Gregg Semenza porteraient des signes révélateurs de manipulation de données : des figures aurait été photoshoppées ou copier-collées.

Entretien avec Olivier Le Gall, président du Conseil français de l'Intégrité Scientifique. 

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - BOB JDS Olivier legall

CoVid 19 : faut-il des mesures différenciées par âge ?

On l’entend régulièrement, et on l’a encore lu cette semaine sur le site The Conversation dans un article intitulé « L'analyse coûts-bénéfices des restrictions plaide pour des mesures différenciées par âge ». Il est vrai que ce sont les personnes âgées qui ont le plus de risque de mourir de la CoVid-19. Les moins de 50 ans représente un groupe à très faible risque de mortalité et de complication sévère- et reste peu hospitalisé en soin intensif. Ceux qui sont entre 50 et 70 ans, surtout s’ils ont des comorbidités, ont eu une maladie qui les rapprochent du SRAS de 2003, c’est-à-dire d’une pneumonie sévère. Ceux qui ont plus de 70 ans connaissent eux un très haut risque de mortalité, avec un  virus qui serait aussi agressif qu’Ebola.  Donc, pourquoi ne pas centrer une protection unique sur les personnes âgées ? Différentes modélisations montrent que cette stratégie ne serait pas efficace.  

Précision avec Antoine Flahault, directeur de l'Institut de Santé Globale à la Faculté de Médecine de Genève.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - BOB JDS Antoine Flahault

En bref

- Des empreintes humaines vieilles de 12.000 ans découvertes au Nouveau Mexique

- La fonte des glaces en Alaska menace de déclencher un “méga-tsunami” sans précédent, avertissent les scientifiques

- L’ESA exclut brutalement le projet de télescope spatial infrarouge de ses prochaines missions

- La peinture super blanche peut refroidir les bâtiments même en plein soleil

- La 16e édition du festival Pariscience commence aujourd’hui

- Improbablologie : Des scientifiques ont piloté pour la 1ère fois un microbot à l'intérieur d'un côlon animal

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......