LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

CoVid-19 : des réponses immunitaires différentes chez les enfants / L'effet placebo et son explication biologique

6 min
À retrouver dans l'émission

Les enfants et les adultes n’ont pas la même réponse immunitaire face au SARS-CoV-2 / L'effet placebo dévoile ses secrets moléculaires et autres actualités scientifiques de la semaine.

.
. Crédits : Images By Tang Ming Tung - Getty

Pourquoi les symptômes du CoVid-19 sont moins sévères chez les plus jeunes ? Certes, il y a les comorbidités, souvent liées à l’âge, mais pas seulement. Selon une étude parue dans Science Translational Medecine, les enfants et les adultes n’ont pas la même réponse immunitaire face au SARS-CoV-2. Une équipe américaine a étudié la réponse immunitaire de 60 cas pédiatriques et de 65 cas adultes. Les chercheurs ont découvert que les plus jeunes expriment des niveaux plus élevés de deux molécules spécifiques du système immunitaire : l’interleukine 17A et l’interféron gamma. L’interleukine aide à mobiliser la réponse du système immunitaire au cours d’une infection ; tandis que l’interféron gamma combat la réplication virale. Ce sont deux molécules du « système immunitaire innée ». L’étude montre que plus les patients sont jeunes, plus leurs niveaux sont élevés. Les adultes eux, montre une réponse du « système immunitaire adaptatif » beaucoup plus vigoureuse, avec de fort taux d’anticorps neutralisants. Selon les auteurs, c’est peut-être parce que les enfants ont une réponse immunitaire innée plus robuste et plus précoce que cela les empêche de progresser vers des symptômes plus graves.

Une explication biologique de l'effet placebo

Pourquoi un traitement factice peut aider les gens à se sentir mieux? L’explication biologique de l’effet placébo restait mystérieuse. Une étude parue dans PLOS ONE a en partie percé ce mystère. Une équipe allemande est allée chercher cette réponse dans le sang. Une centaine de participants ont suivi une expérience qui provoque la nausée. Un groupe recevait un traitement anti-nauséeux, un autre un placebo, et le dernier, ne recevait aucun traitement. Les chercheurs ont examiné les échantillons de sang avant et après l’expérience. Chez ceux qui ont affirmé ne plus avoir de nausée avec un placebo, ils ont trouvé 74 protéines qui semblent être liées à cet effet. Des protéines qui jouent même un rôle dans le contrôle de l’inflammation. D’une part, cela signifie qu’un test sanguin peut confirmer l'effet d’un placebo sur les symptômes. D’autre part, ces résultats révèlent des changements dans la chimie du sang qui pourraient expliquer l'effet lui-même. Selon les auteurs, « nous pourrions avoir un impact sur l'inflammation avec un placebo ». Cette découverte permettrait aussi de mieux évaluer les médicaments conçus pour cibler l'inflammation.

En bref

- Les physiciens viennent de découvrir un tout nouveau type de supraconducteur

- I.A : Quand la peinture révèle l’augmentation de la confiance sociale

- La Station spatiale internationale évite une possible collision avec des débris

- La première Neptune ultra-chaude, LTT 9779b

- Les oiseaux qui « parlent » d'un battement d'ailes ont des dialectes régionaux

Improbablologie : Pourquoi les chiens aiment autant les excréments humains ?

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......