LE DIRECT

Les tremblements de Mars

10 min
À retrouver dans l'émission

Pour la première fois, le sismomètre SEIS détecte un séisme martien ; une nouvelle piste thérapeutique pour traiter l’un des symptômes de la maladie de Parkinson et autres actualités scientifiques de la semaine.

Crédits : Getty

La première détection d’un séisme martien

Mardi dernier, SEIS , le sismomètre à la surface de Mars - a détecté un premier signal sismique. On attendait ce signal depuis le 26 novembre 2018, jour où la sonde Insight a déposé SEIS sur la planète rouge. Le sismomètre français de haute précision a pour mission de mesurer l’activité interne de la planète. Depuis deux mois, il enregistre un grand nombre de vibrations associées au vent, à la pression ou même à des tornades martiennes. On a accumulé la signature de tous ces événements. Mais là, voici quelque chose de complètement différent : un petit séisme de très faible magnitude. 

Même s’il ne s’agit que d’une faible secousse, nous avons la certitude qu’il s’agit dun tremblement de Mars : le sol a vibré. On ne connaît pas encore l'origine de ce tremblement. Cela pourrait être l’impact d’un astéroïde par exemple.

Lors d’un séisme, des ondes se propagent à une certaine vitesse dans les objets. C’est en comprenant la vitesse de propagation de ces ondes qu’on peut en savoir plus sur l’intérieur de Mars. Ce premier signal sismique donne déjà des informations sur la planète.

On ouvre à présent la page de la sismologie martienne, mais aussi un nouveau chapitre en planétologie. Il est important d’en apprendre plus sur la structure interne de Mars car cela va permettre de comprendre pourquoi la planète a évolué de cette façon. On va aussi pouvoir comparer son processus de formation avec celui de la planète Terre. N’oublions pas que Mars est une planète jumelle de la nôtre : il y a trois milliards et demi d’années, il y avait de l’eau, un champ magnétique, des volcans. Pourquoi tout cela a-t-il disparu ? La réponse à cette question se trouve à l’intérieur. 

Entretien avec Philippe Lognonné - chercheur de l’Institut de Physique du Globe et responsable scientifique de l’expérience SEIS depuis 2010 - et Éric Becler - enseignant chercheur au laboratoire de planétologie et de géodynamique de l’université de Nantes, scientifique associé de la mission Insight.

Maladie de Parkinson et troubles de la marche : de nouvelles pistes thérapeutiques 

Pour corriger les symptômes de la maladie de Parkinson, une équipe canadienne développe un nouveau traitement par stimulation électrique de la moelle épinière. Les résultats de cette étude pilote sont très intéressants, notamment ceux concernant les problèmes des troubles de la marche et de l’équilibre, c'est-à-dire des symptômes qui apparaissent quand la maladie est déjà bien avancée. 

Les implants utilisés pour cette étude ont produit une stimulation électrique de faible fréquence, et des patients malades depuis quinze ans ont pu faire des progrès considérables dans la marche. Certains étaient même immobilisés depuis plusieurs années. Passés quatre mois, puis six mois après le retrait des implants, la vitesse de marche, la longueur des pas ainsi que la capacité des patients à rester debout se sont améliorées de 50 %. Il faut tout de même prendre des précautions : l’étude ne concerne que 5 patients. Il faudra donc mener une étude plus vaste et plus longue avant de faire des conclusions. Néanmoins, ces résultats restent encourageants. Pour le moment, le principal traitement pour corriger les symptômes de la maladie est l’administration de la L-DOPA, pour restaurer les concentrations de dopamine dans le cerveau des malades. 

Interview avec Étienne Hirsch, directeur de l’Institut neuroscience et neurologie à l’INSERM. 

En bref

- L’Institut de physique du globe de Paris vient de percer le mystère "des secousses géomagnétiques"  de la Terre

- L’hydrure d'hélium, la première molécule à s’être formée après le Big Bang a été détectée 

- Pour la première fois, aux États Unis, l’ADN de deux adultes a été modifié avec le système CRISPR dans le but de les soigner de leur cancer 

- Selon un rapport de l’ONU sur la biodiversité, plus d’un million d’espèces sont menacées d’extinction ces prochaines décennies

- Selon le World Ressources Institute,  12 millions d’hectares de forêts tropicales ont disparu en 2018

- Improbablologie : une étude publiée dans National Library of Medicine révèle que les barbes des hommes contiennent plus de bactéries que le pelage des chiens. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......