LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Complexe d'édition de gènes CRISPR-CAS9

"Bébés OGM", l'indignation de la communauté scientifique

9 min
À retrouver dans l'émission

L'annonce des "bébés OGM" secoue la communauté scientifique et l'atterrissage sur Mars réussie de la sonde Insight.

Complexe d'édition de gènes CRISPR-CAS9
Complexe d'édition de gènes CRISPR-CAS9 Crédits : Getty

Les premiers " bébés CRISPR"

Le premier sujet de ce journal a fait grand bruit toute la semaine : la présumée naissance des jumelles Lulu et Nana, les premiers bébés génétiquement modifiés.

Il faut bien insister sur le mot « présumé » car pour le moment, c’est surtout un effet d’annonce, il n’y a aucune preuve expérimentale et les résultats n’ont pas été validés par des experts.

Il n’empêche que toute la communauté scientifique est secoué par cette nouvelle. 

Rappel des faits : lundi à la veille du Sommet international de l'édition du génome humain à Hong Kong, le Chinois He Jankui a annoncé avoir modifié le génome d’embryons afin de les rendre résistant au virus du sida. Le père des jumelles étant séropositif.

La technique utilisée est celle du CRISPR-Cas9, aussi appelé « ciseaux génétiques ». 

L’Université de Shenzhen à laquelle le chercheur est rattaché dit ne pas avoir été averti et une enquête est ouverte. 

Deborah Bourc’his est épigénéticienne à l’institut Curie à Paris. Elle était sidérée par cette annonce. Déjà d’un point de vue protocolaire. Elle revient sur les carences dans l’autorégulation de la communauté scientifique.

Il y a la question : est-ce que ça a été fait ou pas ? il y a eue de nombreux effets d’annonce en Chine. Il y a aussi la façon dont cela a été présenté, au lieu d’attendre de le présenter dans un cadre scientifique comme un consortium ou une conférence, il a préféré montrer des photo d’enfants sur youtube. C’est tout de même fou. Il n’y a pas de papiers évalués par les pairs indépendants. Normalement, pour tout ce qui est de la manipulation d’embryons humains, il y a un comité d’éthique qui se réuni. Là, on se rends comptes qu’il y a un flou international qu’il faut combler. Il n’existe pas de comite éthique spéciale CRISPR-Cas9  que l’on devrait monter au niveau international pour que ces protocoles soient évalués. C’est un peu vertigineux parce que tout le monde pourrait le faire, ce n’est pas une prouesse technologique immense, il faut pouvoir avoir accès à des embryons humains, ce qui est plus ou moins facile selon les pays. Il  faut absolument que la communauté scientifique réagisse pour montrer qu’il y a des barrières. Il faut des moratoires établis, pour que ça ne puisse pas se faire comme ça, dans sa cave. 

Avéré ou non, ces  « bébés CRISPR » soulèvent évidemment des questions éthiques, lié à l'eugénisme, à l'homme augmenté. 

On peut également s'interroger sur la pertinence médicale et thérapeutique de cette méthode. He Jankui dit avoir voulue créer un vaccin contre le sida. 

En réalité, avec la technologie CRISPR-Cas9, il est allé modifier un gène impliqué dans l’infection du sida, le gène CCR5. On sait qu’il existe de rares personnes qui ont ce gène naturellement modifié et qui sont résistantes à l’infection du virus. 

Mais ici, ce n’est pas un gène pathologique, au contraire, c’est un gène saint qui a été modifié. 

Il faut aussi rappeler que ces modifications génétiques sont héréditaires et qu’elles peuvent affecter l’ensemble du génome. 

Carine Giovannangeli est généticienne au CNRS-Inserm-Museum national d’histoire naturelle. Selon elle, l’état de la technique CRISPR-Cas9 n’est pas encore assez sûr pour une telle application clinique. 

Le système CRISPR-Cas9 est très précis, de manière générale mais il peut néanmoins aller à d’autre endroit dans le génome que l’endroit ciblé. On ne peut pas exclure aujourd’hui le fait que ça ait pu faire des choses ailleurs dans le génome. Les effets sont assez peu attendus, tant que l’on ne les a pas étudiés... Ça c’est la précision du l’édition du génome. 

L’autre point, dans le cas du gène CCR5, il y a d’autres fonctions connues que celle dont on parle. Un gène n’ a pas qu’une fonction unique et peut agir à différent niveau. CCR5 est connue dans d’autres fonctions immunitaires et même dans le développement cognitif. On peut avoir des effets autres ou supplémentaires à celui qu’on escomptait. 

Le plan national pour l’intelligence artificielle. 

Le gouvernement a dévoilé mercredi son programme national pour l'intelligence artificielle. Objectif: transformer la France en leader mondial en matière d’I.A. Le plan prévoit 665 millions d’euros sur quatre ans. Priorité au développement de l’I.A. dans les secteurs transport et santé. À Paris, à Nice, à Grenoble et à Toulouse, des instituts interdisciplinaires de l'intelligence artificielle vont voir le jour. On les appelle les « 3IA » et seront essentiellement axé sur la recherche fondamentale. 115 millions d’euros seront investis dans les superordinateurs et 50 laboratoires spécialisés en IA, les « Labcom » , vont être créé.

Gilles Bloch, nouveau président de l’INSERM

Gilles Bloch devient le nouveau président-directeur général de L’INSERM et succède à Yves Lévye. Docteur en biophysique moléculaire, il est l’actuel président de l'université Paris-Saclay. Il prendra ses fonctions à partir du 2 janvier prochain. Cette semaine pour l’INSERM c’était aussi celle des Prix INSERM 2018. Neuf chercheurs et ingénieurs ont été récompensés. Le Grand Prix revient au biologiste Alain Tedgui pour ses recherches sur l'athérosclérose, l’une des principales causes de maladies cardiovasculaires.

SEIS et les tremblements de Mars

Lundi, atterrissage sur mars réussi pour la sonde Insight ! Des hurlements de joie pour la NASA mais aussi pour le CNES, l'agence spatiale française. Les principaux instruments à bord sont Français. Notamment Seis, un sismographe pas comme les autres. 

Grace à lui, Insight va recueillir les premières données sismiques de la planète. Sa mission : mieux comprendre sa structure interne et plus généralement, la géophysique des planètes telluriques. Est-ce que le noyau de Mars est solide ou liquide par exemple. 

_La semaine prochaine, une g_rue va se déployer pour déposer Seis. Il a été conçu pour résister aux conditions martiennes. Sur Mars on peut passer de 0 degré à – 100 degrés en une journée. 

Philippe Lognonné de l’I.P.G.P de Paris est responsable de cet instrument. Seis va mesurer les vibrations du sol, mais pas seulement : 

On va aussi mesurer la température, cela va nous permettre de détecter toutes les ondes sismiques qui vont passer mais en plus de ça, on va aussi enregistrer, le vent, la pression, la température de l’air, pour débarrasser nos données de toutes sources de bruits venant de l’atmosphère.  C’est ainsi que l'on pourra bien isoler les tremblements de mars quand ils arrivent à la station, pour en déduire les propriétés de propagation des  ondes sismiques dans la planète.

Aujourd’hui on sait que mars est une planète tellurique. On a une bonne idée de la minéralogie  mais on ne connait pas les températures exactes, on ne connait pas l’épaisseur de la croute, on ne connait pas avec précision la taille du noyau. L’objectif de cette mission est de mesurer avec des ondes, sous la forme d’un écho, tous ces objets. C’est vraiment passé de modèle à des observations. Une fois qu’elles seront faites, cela nous permettra d’affiner nos modèles d’évolution de la planète mars.

The National Climate Assessment : le dénis de Donald Trump

Cette semaine a aussi été marqué par la publication de The National Climate Assessment, le rapport de 1000 pages sur le réchauffement climatiques aux Etats-Unis et sur ses répercussions économiques.

Selon lui, la température mondiale monte trop vite et elle pourrait encore augmenter de près de 1,3 degré Celsius d'ici 2050. Les conséquences économiques pour les Etats-Unis seront désastreuses: d’ici la fin du siècle, le réchauffement climatique pourrait coûter des centaines de milliards de dollars, ou 10% du PIB du pays.Selon les évaluations, l'agriculture est le premier secteur visé. Ce rapport a été rédigé par plus de 300 scientifiques. Il a été commandé par le Congrès américain et validé par l’administration de Donald Trump. Malgré tout, el président rejette en bloc cette étude et déclare « ne pas y croire ».

La découverte de huit momies

Mercredi, la découverte en Egypte de 8 sarcophages contenant chacun une momie. 

Dont trois en bonne état ! Les images sont d’ailleurs assez… réjouissantes.  Elles proviennent de la Pyramide de la nécropole de Dahchour, au sud du Caire. Elles datent de la basse époque de l'Egypte antique, entre 700 et 300 avant J.C. Cette découverte s’inscrit dans le programme franco-égyptien « Scan Pyramids » qui vise à mieux explorer les pyramides et leurs chambres secrètes.

Une termitière millénaire géante 

Autre découverte incroyable au Brésil : celle d’une super-colonie de termite, veille de 4000 ans et d’une surface  aussi vaste que la grande Bretagne, de 230 000 kilomètres carrés. Cette termitière millénaire est visible depuis l’espace. En surface, cela ressemble à des milliers de mottes de terre, mais cela cache un immense réseau de tunnels souterrains. Il s’agit de « la plus grande structure construite par une seule espèce d’insecte jamais découverte à ce jour ».

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......