LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Près du Bataclan, samedi matin

Attentats du 13 novembre : les jours d’après

1h

A la rencontre des survivants, des proches, des témoins, le jour, le soir : durant toute la semaine, les reporters de la rédaction ont sillonné les lieux des attaques, le jour, le soir. Et vu Paris, après un week-end de silence, puis Saint-Denis, sortir peu à peu de la sidération.

Près du Bataclan, samedi matin
Près du Bataclan, samedi matin Crédits : Charles Platiau - Reuters

Rediffusion du 13 mai 2016

Ciprian avait 32 ans, il était Roumain. Nicolas, artisan menuisier, avait 37 ans. Cécile était inspectrice à la Direction générale des douanes. Vincent était architecte. Elif, jeune fille d’origine turque, travaillait depuis quatre mois à Paris. Fabrice faisait de la publicité. Lucie créait des bijoux. Romain voulait devenir comédien. Suzon était étudiante à la Sorbonne ; Juan Alberto, ingénieur espagnol. Djamila fêtait juste ses 41 ans.

On ne peut évidemment égrener le nom de chacune des victimes – comme ce fut possible après Charlie. Cette fois il y a trop de monde sur cette liste macabre, signe que la mort a frappé des êtres de tous horizons, de tout âge, de toute nationalité. Venus simplement à Paris boire une bière, voire un match au Stade de France, souffler des bougies ou écouter un concert de rock. Comment comprendre cette injustice absolue ? La logique implacable qui doit bien se cacher derrière ce terrorisme soit-disant aveugle ? Comment ne pas céder à la crainte de l’autre, à la suspicion générale ? Comment sourire encore à la vie ?

C'est un reportage de Christine Moncla, avec le concours de Marie-Pierre Vérot, Aurélie Kieffer et Catherine Duthu.

Réalisation Annie Brault et Yassine Bouzar.

Pour écouter et commenter ce magazine de la rédaction, le philosophe Matthieu Potte-Bonneville , Maître de conférences à l'Ecole normale supérieure de Lyon, responsable du pôle "Idées et savoirs" à l'Institut français (département sciences humaines, livre et savoirs),

Ils habitent à 100m du Bataclan, à 100m aussi des anciens locaux de Charlie hebdo :

Écouter
18 min
Écouter

Mercredi, pendant plus de 7h, 15.000 habitants de Saint-Denis sont restés cloîtrés chez eux, alors que de véritables scènes de guerre se déroulaient à proximité. Ébranlés par ce qui se passait, certains ont été réveillés en pleine nuit par une multitude d'explosions et de tirs. Ils craignent aussi de voir assimiler leur ville, Saint-Denis, à un foyer de terroristes. Valentino et icardo tiennent un commerce dans le centre-ville :

Écouter
4 min
Écouter

Et outre de très nombreux programmes à ce sujet, retrouvez notre "Pixel", reportage multimédia interactif sur "Se rassembler sous l'état d'urgence"

[](//storify.com/franceculture/bougiespourparis-vos-photos)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......