LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Femmes : la face cachée du salafisme

44 min

Les salafistes. On les a vu aux premiers rangs des révolutionnaires en Tunisie, en Libye, en Egypte. Leur vision de l'Islam, bien souvent, inquiète. Cet "Islam des origines", puisque les salafistes cherchent en fait à vivre en prenant pour modèle le prophète Mahomet et ses compagnons. En théorie, les salafistes ne se préoccupent pas des choses de la vie terrestre, et la politique en fait partie. Ils ne s'intéressent qu'à préparer leur vie dans l'au delà, par la prière et la pratique d'un Islam "sans faute". Quand on dit salafistes, c'est la peur du djihadiste qui surgit aussitôt. De ces terroristes qui mettent la guerre sainte au coeur de leur combat religieux. Et si leurs attentats ont bouleversé notre nouveau millénaire, les spécialistes rappellent aussi que ce courant ultra-violent est très minoritaire au sein du salafisme.Il y a en réalité trois familles. Après les djihadistes, les « activistes politiques » ont pris de l'ampleur. A la faveur du Printemps arabe et des révolutions, ce courant salafiste veut tenter de créer les conditions 'politiques' d'un retour à l'Islam des premiers temps. Ils ont créé des partis politiques en Tunisie et en Egypte par exemple, où ils forment le deuxième bloc au Parlement, derrière les Frères musulmans. Et ils représentent une des clés de l'élection présidentielle qui se joue en ce moment en Egypte. Et puis, il y a la troisième école, archi-majoritaire. Celle des quiétistes, de ces croyants qui ne se soucient que de Dieu et qui s'excluent pratiquement de la société qui les entoure. Qui sont-ils ? Et surtout qui sont-elles, ces femmes qui, derrière leur niqab, acceptent de vivre sans télé, sans musique ? Elles qui acceptent de devoir demander à leur mari si elles peuvent sortir de chez elles pour faire leur courses et transmettent à leurs enfants les valeurs de leur engagement religieux.Reportage en Egypte de Claude Guibal .

Shaykh Mouhammad Al Imâm est né en 1960 en Arabie Saoudite. Il fait partie de ces multiples théologiens auxquels se réfèrent les salafistes en permanence pour suivre le dogme sans commettre d'erreur qui puissent leur être préjudiciable dans la vie de l'au-delà.

Intervenants
  • Professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po, chercheur au CERI
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......