LE DIRECT

Grenoble : l'atelier d'une autre politique

44 min

Vert-rouge, c’est la couleur dont rêvent certains. Mais elle très loin encore de couvrir le territoire français. Cela dit, à quinze jours des départementales, quelques alliances fleurissent entre écologistes et gauche radicale (pour reprendre un terme redevenu sexy depuis la victoire de Syriza en Grèce).

On l’a vu au gymnase Japy le 19 janvier dernier quand Jean-Luc Mélenchon (parti de gauche), Pierre Laurent (communiste ) et Cécile Duflot (Europe Ecologie Les Verts) se sont retrouvés à une même tribune pour rêver d’incarner ensemble une alternative à la gestion social-libérale d’un gouvernement qui, selon eux, ne fait plus rêver grand monde.

La mairie de Grenoble sous la neige en février 2015
La mairie de Grenoble sous la neige en février 2015 Crédits : Christine Moncla - Radio France

Seulement, cette alliance du drapeau rouge et de la marguerite sur fond vert est encore plutôt inédite. Voilà pourquoi l’exemple de Grenoble est si éclairant.

Dans cette ville de cadres et de chercheurs aussi, ils sont plus de 20.000, le deuxième gisement après l’Ile-de-France, une capitale des nouvelles technologies et des pics de pollution à répétition, les Verts ont créé la surprise aux dernières municipales.

Emmenés par Éric Piolle, presque novice en politique, entré chez les écologistes en 2009 seulement. Cet ingénieur de formation a remporté la Mairie, avec l’appui du parti de gauche et d’un collectif citoyen, face au Parti Socialiste sortant.

Un an après, l’équipe Piolle a-t-elle réussi à piloter la ville autrement, à la rapprocher des citoyens, à défendre sa croissance durable ?

Reportage de Christine Moncla .

Grenoble, "voyons plus loin" : l'une des décisions les plus médiatisées de la municipalité : supprimer les panneaux de publicité
Grenoble, "voyons plus loin" : l'une des décisions les plus médiatisées de la municipalité : supprimer les panneaux de publicité Crédits : Christine Moncla - Radio France

> Ecoutez aussi :

A Grenoble, campagne d'affichage de la majorité municipale dans la galerie de l'Arlequin à la Villeneuve, le 10 février 2015
A Grenoble, campagne d'affichage de la majorité municipale dans la galerie de l'Arlequin à la Villeneuve, le 10 février 2015 Crédits : Christine Moncla - Radio France

Au sud de la Ville, l'immense quartier de la Villeneuve (15.000 habitants) incarne le rêve brisé de la mixité sociale. Bati dans les années 60 pour melanger les classes populaires et moyennes, il est devenu un de ces quartiers classés ultra prioritaires par l'Etat, en raison de sa pauvreté et de son niveau de violence. ces quartiers sont absents du discours de la nouvelle municipalité, qui prefere les inclure dans un projet global de ville multipolaire et moins stigmatisant. tout en mettant les moyens et les agents au chevet de ses habitants et de ses structures : Eric Piolle a pris personnellement la responsabilité des affaires concernant la Villeneuve. mais ce choix laisse perplexe pas mal d'habitants nous avons rencontré David Gabriel, un jeune chercheur qui anime des ateliers populaires d'urbanisme à la Villeneuve. Voici ce qu'il attend des promesses de donner aux citoyens du "pouvoir d'agir" :

Écouter
1 min
Écouter
Elisa Martin, la première adjointe (Parti de Gauche) du maire de Grenoble et le parcours éducatif"
Elisa Martin, la première adjointe (Parti de Gauche) du maire de Grenoble et le parcours éducatif" Crédits : Christine Moncla - Radio France

La première adjointe du Parti de gauche et le parcours éducatif : Elisa Martin (au centre) est en charge du "parcours éducatif", nouvelle dénomination de la délégation "petite enfance". De même qu'elle s'occupe de la "tranquilité publique" et pas de la sécurité. Des choix sémantiques qui répondent à une cohérence explique l'élue. Pour les enfants, il s'agit de ne pas cloisonner l'éducation par tranche d'age et de sortir des logiques de reproduction sociale, d'offrir à chaque petit Grenoblois une chance de declencher du droit local". Cela commence avant l'école : la Ville soutient et encourage les projets comme Enfantines, un centre d'accueil des tout petits basé sur des méthodes alternatives et implanté au coeur d'un quartier populaire. Propos recueillis par Christine Moncla :

Écouter
3 min
Écouter
Intervenants
  • politiste, directeur de recherche émérite au CEVIPOF, spécialiste de l'écologie politique.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......