LE DIRECT

Iran, vendre son rein pour survivre

50 min

Vendre son rein pour l'équivalent d'un an et demi de salaire. Lorsque on a rien, c'est un sacré recours et en Iran cette pratique est même légale. Les besoins et le marché existent, une fondation a même vu le jour pour le réguler et mettre en contact donneurs et receveurs. Des donneurs qui appartiennent le plus souvent aux couches les plus pauvres du pays. Ce sont les receveurs qui les rétribuent ou plutôt qui les dédommagent avec l'aide de cette fondation. Car là bas comme chez nous, le corps ne peut pas être considéré comme une marchandise. Cette vente d'organe est donc plutôt présentée comme un échange de dons avec la bénédiction de l'Etat religieux. Elle n'est pourtant pas exempte de honte et d'interrogations morales et éthiques chez ceux qui sacrifient un de leurs organes. Mais en édulcorant la réalité, on permet ainsi à chacun de garder sa dignité. Ce commerce dépasse même le cadre de cette fondation puisqu'il existe à Téhéran, une rue où se concentrent sur les murs des petites annonces sauvages de donneurs et de receveurs où chacun cherche son chacun. Une rue où nous suivons les pas de notre reporter, Louis Imbert. Iran, vendre son rein pour survivre, c'est le thème de ce magazine de la rédaction.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......