LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Au campement de Villebon-sur-Yvette, juste avant son évacuation le 2 juin 2014

La France des bidonvilles : comment les résorber ?

44 min

Aujourd’hui, près de 20 000 personnes, le plus souvent originaires de Roumanie ou de Bulgarie, vivent dans des bidonvilles qui n’ont rien à envier aux anciens campements.

Au campement de Villebon-sur-Yvette, juste avant son évacuation le 2 juin 2014
Au campement de Villebon-sur-Yvette, juste avant son évacuation le 2 juin 2014 Crédits : Aurélie Kieffer - Radio France

Les plus anciens se souviennent sans mal du bidonville d’Aubervilliers, dans les années 60 : la boue, les taudis et des milliers de travailleurs algériens entassés le long du chemin de halage. Cet habitat insalubre – qui accueillait 75.000 migrants – fut entièrement résorbé dans les années 70, par Jacques Chaban-Delmas. Aujourd’hui pourtant, près de 20.000 personnes, le plus souvent originaires de Roumanie ou de Bulgarie, vivent dans des bidonvilles qui n’ont rien à envier aux anciens campements.

Ils restent l’objet de toutes les fantasmes, et se transforment souvent en arguments électoraux. Quatre ans après le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, les langues se sont encore déliées : le maire UMP de Roquebrune-sur-Argens , en décembre dernier, déplorait ainsi : « Ce qui est presque dommage, c'est qu'on ait appelé trop tôt les secours !" après un incendie dans un campement rom.

Avec l'arrivée au pouvoir de la gauche, la fermeté reste de mise. En 2013 il y a eu deux fois plus d’évacuations de campements insalubres que l’année précédente. Et l'on se souvient de manuel Valls, alors place Beauvau, affirmant que "seule une minorité, hélas, des occupants des bidonvilles souhaite s’intégrer dans notre pays ".

Cela dit, le gouvernement socialiste a assoupli l’accès au travail. Et Adoma – l’ancienne Sonacotra – s’est vu confier une* mission d’accompagnement des familles vers le logement.* .. Comme si la priorité n’était plus (seulement) de renvoyer les Roms vers leurs ghettos à Plovdiv, Sofia ou Timisoara.

« La France des bidonvilles : comment les résorber ? », c’est un magazine signé Aurélie Kieffer , réalisé par Annie Brault.

Invités : _* *_Stéphane Troussel , président socialiste du Conseil général de Seine Saint Denis.

Martin Olivera , ethnologue, auteur de : « Rom en bidonvilles : quelle place pour les migrants précaires aujourd'hui ? » aux éditionsRue d'Ulm.

Retrouvez aussi des contenus supplémentaires :
Alors que les gendarmes s'apprêtent à évacuer l'usine Galland, Robi Peschanski (du collectif Savalferr : Solidarité à Villebon avec les familles Roms et Roumaines) se désole de voir la scolarisation des enfants remise en question :

Écouter
1 min
Écouter
Nicolae, magazine bidonville
Nicolae, magazine bidonville Crédits : Aurélie Kieffer - Radio France

Rencontre avec Nicolae, étudiant en 1ère année de droit à Sceaux. Le 2 juin, Nicolae et sa famille ont été expulsés de l'usine Galland où ils étaient installés depuis 21 mois :

Écouter
1 min
Écouter

J'étais très intéressé par devenir policier. J'ai pris la décision de venir avec ma famille en France pour continuer mes études de droit ici.La visite sonore de la "base vie" de Ris-Orangis avec Sébastien Thiéry, du PEROU (Pôle d'exploration des ressources urbaines) :

Écouter
1 min
Écouter

Ces voix d'enfants du campement de l'usine Galland ont été recueillies dans le cadre d'un atelier d'expression libre mené par l'association La Petite Fabrique à Voix, dont l'objet est de favoriser l'expression et la participation citoyenne dans l'espace public :

Écouter
3 min
Écouter
Magazine de la rédaction - bidonville - Jerome Normand
Magazine de la rédaction - bidonville - Jerome Normand Crédits : Radio France

Alors que faire, au-delà des évacuations de campements ? La scolarisation des enfants est une question complexe. Jérôme Normand a été chargé par le préfet de région d'une mission sur l'anticipation et l'évacuation des campements illicites en Ile-de-France :

Écouter
1 min
Écouter

Une fois par mois, la DIHAL organise des ateliers pour favoriser les échanges entre pouvoirs publics, collectivité et professionnels impliqués dans l'accompagnement de la sortie des bidonvilles. Yves Clappier est venu présenter l'expérience de la Mous (maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale) de Grenoble, où est expérimenté un dispositif d'hébergementd'insertion par le travail et le logement. Les familles reçoivent notamment le soutien d'un accompagnateur de vie quotidienne :

Écouter
4 min
Écouter
Caroline Randelli-Granier, chargée de mission "habitat indigne" à l'Anah
Caroline Randelli-Granier, chargée de mission "habitat indigne" à l'Anah

Par ailleurs, l'Agence nationale de l'habitat (Anah) finance des projets de résorption de bidonvilles, mais peu de collectivités ont recours à ce dispositif, car il est relativement contraignant. Caroline Randelli-Granier , chargée de mission "Habitat indigne" à l'ANAH :L'agence apporte des financements à 100% quand on est en bidonville. Cela permet - quand il y a la volonté politique de la collectivité et le partenariat avec un bailleur social - de sortir de très beaux projets.

Écouter
2 min
Écouter
Intervenants
  • président socialiste du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis
  • ethnologue et coordinateur 'Action tsigane' au sein de l'association Rues et cités qui a pour objet la protection de l’enfance, la prévention de l’exclusion, et l’aide à l’insertion professionnelle, spécialiste de l'histoire des Roms
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......