LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les deux-tiers des nouvelles contaminations par le VIH ont lieu en Afrique.

La société malienne face au sida : combattre les préjugés

54 min

Une personne toutes les 17 secondes est infectée par le virus du Sida, dans le monde. Les deux-tiers de ces nouvelles infections se concentrent en Afrique. Au Mali, il y a eu de grands progrès en matière de dépistage de femmes enceintes, mais il reste encore des populations non sensibilisées.

Les deux-tiers des nouvelles contaminations par le VIH ont lieu en Afrique.
Les deux-tiers des nouvelles contaminations par le VIH ont lieu en Afrique. Crédits : Tara Schlegel - Radio France

Rediffusion du 1er décembre 2017

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte conte le Sida. L'occasion pour l'Onusida de rappeler qu'une personne est contaminée par le virus toutes les 17 secondes dans le monde, ce qui représente 5000 nouvelles infections par jour. En 2016, environ 1,8 million de personnes ont ainsi été infectées par le virus du sida dans le monde. 

Deux infections sur trois ont lieu en Afrique. En Afrique de l'Ouest et du Centre, notamment au Mali, seuls 35% des malades sont soignés et ont accès aux trithérapies. Parmi les premières victimes du sida :  les enfants, infectés par leur mères. 

Tara Schlegel s'est rendue au Mali pour ce reportage, avec le réseau CoalitionPlus à la rencontre de l'ONG Arcad-Sida qui prend en charge plus de 22 000 malades, soit la moitié environ des personnes séropositives qui ont accès à un traitement. Le combat d'Arcad a commencé en 1994. A l'époque, contre l'avis du gouvernement malien, les médecins et infirmiers bénévoles d'Arcad allaient, à domicile, soigner ces malades stigmatisés, comme l'explique Bintou Keita Dembélé, l'une des fondatrice d'Arcad-Sida.

Bintou Keïta Dembélé
Bintou Keïta Dembélé Crédits : T.S. - Radio France
Écouter
5 min
Bintou Keita Dembele

A cette époque là, effectivement, annoncer le sida ça équivalait à annoncer la mort, parce qu'il n'y avait pas de solution. Mais nous on n'était pas d'accord avec cette vision là. Pour nous il fallait informer le patient, arrêter la chaîne de transmission, soigner les infections opportunistes, permettre au patient d'avoir une meilleure qualité de vie auprès des siens. 

En 2006 quand le Fonds Mondial de lutte contre le sida est arrivé au Mali, ce fut une révolution, raconte Bintou. 

Écouter
5 min
Bintou Keita Dembele

Le changement a été spectaculaire, l'arrivée de ces fonds là a sauvé les Maliens, a sauvé la lutte contre le sida au Mali, a montré qu'il est possible avec plus de moyens de faire mieux et de faire plus.

Dès le début les personnes vivant avec le VIH ont été associées à la lutte contre la maladie et aujourd'hui encore, elles militent, au sein de l'association, pour sensibiliser leurs semblables. Ainsi les adolescents malades -devenus pairs éducateurs - aident les jeunes à prendre conscience de leur statut et à bien observer leurs traitements.  

Arcad-Sida oeuvre au Mali depuis 1994.
Arcad-Sida oeuvre au Mali depuis 1994. Crédits : Tara Schlegel - Radio France

La question du dépistage des femmes enceintes est forcément centrale. Leur accès aux traitements ARV est, là encore, très insuffisant au Mali. Pas plus de 35%, quand en France on avoisine les 95% de femmes enceintes soignées. Or une femme dépistée et soignée ne transmet pas le virus à son bébé.  Arcad-Sida mène donc des campagnes de sensibilisation des femmes et accueille au Cesac (Centre de soins, d'animation et de conseil pour les personnes vivant avec le VIH) les citoyens de Bamako. Ici des militantes comme Awa accueillent et dépistent les futures mamans. 

Awa, administratrice sociale au Cesac, dépiste les femmes et leur rend visite à domicile.
Awa, administratrice sociale au Cesac, dépiste les femmes et leur rend visite à domicile. Crédits : Tara Schlegel - Radio France
Écouter
7 min
Awa mène les enquêtes sociales à domicile;

Dans les grands hôpitaux de Bamako, comme l'hôpital Gabriel Touré, les femmes viennent accoucher et se voient proposer un dépistage gratuit. 270 femmes environ se révèlent infectées par le virus du sida chaque année.  Le docteur Youssouf Traoré, gynécologue à l'hôpital Gabriel Touré de Bamako explique comment une maman bien traitée ne transmet pas le VIH à son bébé. 

Normalement, il n'y a pas de contact entre le sang maternel et le sang fœtal, il y a une barrière placentaire.
Normalement, il n'y a pas de contact entre le sang maternel et le sang fœtal, il y a une barrière placentaire. Crédits : Tara Schlegel - Radio France
Écouter
2 min
Dr Traoré

Malheureusement bien des femmes refusent de se laisser dépister par peur d'être stigmatisées ensuite au sein de leurs familles. Elles sont souvent les premières victimes de l'inégalité qui règne entre les hommes et les femmes, comme le rappelle Bintou Dembele 

Écouter
3 min
Bintou revient sur le contexte d'une société polygame

Beaucoup d'hommes, même très sensibles à la cause de la lutte contre le sida, ont encore du chemin à parcourir avant de parvenir à considérer leur épouse comme leur égale. A l'image de ce gérant d'un restaurant, rencontré à Bamako. 

Monsieur Cissé, restaurateur, a autorisé sa femme à se faire dépister.
Monsieur Cissé, restaurateur, a autorisé sa femme à se faire dépister. Crédits : Tara Schlegel - Radio France
Écouter
3 min
le patron d'un restaurant de Bamako

Mon épouse a dit qu'elle allait demander l'avis de son mari. En tant qu'intellectuel et quelqu'un d'informé sur le sida, je lui ai dit pas de problème. 

Pour mieux comprendre le rôle et l'importance du Fonds Mondial de lutte contre le sida   il faut rappeler que cet organisme tient à bout de bras des pays pauvres comme le Mali. 

une petite vendeuse de serpillères à Bamako
une petite vendeuse de serpillères à Bamako Crédits : Tara Schlegel - Radio France

un Etat dont l'indice de développement humain le classe au 176e rang sur 188 pays dans la liste établie en 2015 par l’ONU. Heide Jimenez Dávila, présidente du groupe Sida Genève explique combien cette structure internationale a sauvé de vies humaines.

Écouter
3 min
le Fonds Mondial a sauvé 22 millions de vies !

Pour l'instant, le Fonds donne environ 1,5 milliards de dollars chaque année à la cause du sida - mais les Etats-Unis notamment devraient couper drastiquement dans leur budget, ce qui serait une catastrophe estime Heide Jimenez Dávila, présidente du groupe sida Genève

Écouter
5 min
le président Trump menace de se retirer du Fonds Mondial

Au Cesac de Bamako, l'un des centres d'Arcad-Sida travaille aussi Mamadou Barry. 

Mamadou Barry a été le premier à dévoiler sa séropositivité au Mali, en 1994.
Mamadou Barry a été le premier à dévoiler sa séropositivité au Mali, en 1994. Crédits : Tara Schlegel - Radio France

Il est le premier séropositif du Mali a avoir accepté de témoigner à la télévision. Cela lui a valu d'être rejeté par sa famille en 1994. Sa maladie a été à l'origine de son engagement total dans la lutte contre le VIH. 

Écouter
10 min
Mamadou Barry est le premier malien à avoir témoigné de sa séropositivité, en 1994.
Intervenants
  • biologiste, chercheuse en virologie, Prix Nobel de Médecine pour sa découverte du VIH en 1983
  • médecin et directeur de recherche à l'Inserm. Ancien président de AIDES
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......