LE DIRECT

La voiture propre sera-t-elle tout électrique ?

44 min

On rêvait que le marché allait s’envoler. Juste avant la dernière crise financière, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie pronostiquait deux millions d’exemplaires vendus en 2020. Renault investissait quatre milliards d’euros. Et la firme – partenaire de Nissan – y croit toujours dur comme fer, même si, pour l’instant ça ne décolle pas. La voiture électrique séduit dans les têtes, mais les portefeuilles toussent : car l’électrique a un coût. Les batteries sont chères, très lourdes aussi. L’autonomie réduite à 160 km en moyenne. Les bornes de recharge sont bien trop rares même si Ségolène Royal en verrait bien sept millions peupler les routes de France. A l’exception de la petite Norvège, où l’on s’arrache littéralement les modèles « propres », partout ailleurs les parts de marché restent minimes. 0,6% des voitures vendues dans l’Hexagone, seulement. La Zoé de Renault n’a séduit que 8 800 particuliers. 1,5% du marché en Californie – la Tesla, domine là bas. Mais tout cela reste bien maigre. La magie pourtant d’une conduite silencieuse et non polluante continue à opérer néanmoins. Beaucoup rêvent d’un adieu à l’or noir, pour entrer dans un monde plus respirable.

Reportage d'Hakim Kasmi .

Mondial de l'auto : le profil de l'acheteur. Qui achète des voitures neuves ?
Mondial de l'auto : le profil de l'acheteur. Qui achète des voitures neuves ?
Intervenants
  • Maître de conférence en économie à l'Université de Bordeaux et directeur du Gerpisa (Groupe d'Etude et de Recherche Permanent sur l'Industrie et les Salariés de l'Automobile)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......