LE DIRECT
Evocation d'août 1968 au musée du communisme de Prague. Le 21 août 68, le pays était envahi par les troupes du Pacte de Varsovie, marquant la fin du "Printemps de Prague"

Mai 68 : l’éphémère printemps de Prague

55 min
À retrouver dans l'émission

"Le Printemps de Prague" rappelle l'introduction du "socialisme à visage humain" et une certaine libéralisation. Mais ce Printemps 68 a été gommé dans l’Histoire tchèque par l'invasion des chars russes dans la foulée. Retour en République Tchèque cinquante ans plus tard, avec Nadine Epstain.

Evocation d'août 1968 au musée du communisme de Prague. Le 21 août 68, le pays était envahi par les troupes du Pacte de Varsovie, marquant la fin du "Printemps de Prague"
Evocation d'août 1968 au musée du communisme de Prague. Le 21 août 68, le pays était envahi par les troupes du Pacte de Varsovie, marquant la fin du "Printemps de Prague" Crédits : Nadine Epstain - Radio France

Que reste-t-il de mai 68 ? En France, cinquante ans après les pavés et les barricades, historiens, sociologues et autres experts décortiquent volontiers cet "esprit de mai", se demandant dans quelle mesure ce mouvement de contestation a pu imprégner et faire évoluer la société.

Rien de tel en République tchèque. Là-bas aussi, pourtant, un vent de révolte a soufflé.

En mai 1968, c'est le "Printemps de Prague" : une expérience originale de "socialisme à visage humain", tentée par Alexander Dubček. Arrivé au pouvoir en janvier, ce réformateur introduit des mesures libérales en Tchécoslovaquie. Il veut démocratiser la vie politique, décentraliser l'économie, et il soutient aussi la liberté de la presse, d'expression et de circulation.

Mais ces réformes inquiètent les dirigeants soviétiques, et l'intervention des troupes du Pacte de Varsovie, dans la nuit du 20 au 21 août, met un terme à cette tentative de libéralisation.

Pour la démocratie, les Tchèques et les Slovaques devront attendre encore plus de vingt ans !

"Mai 68 : l’éphémère printemps de Prague". C'est un magazine signé Nadine Epstain.

En août 1968, des soldats soviétiques font face à des manifestants praguois, au pied du siège de la radio publique
En août 1968, des soldats soviétiques font face à des manifestants praguois, au pied du siège de la radio publique Crédits : Sovfoto/UIG - Getty
Vue depuis le bâtiment de la radio publique sur la principale rue qu'avaient investie les chars soviétiques
Vue depuis le bâtiment de la radio publique sur la principale rue qu'avaient investie les chars soviétiques Crédits : Nadine Epstain - Radio France
A écouter dans ce Magazine : Petr Uhl et sa femme Anna Šabatová. Il était debout sur les barricades de Paris et de Prague et a rédigé la Charte 77. Elle a cofondé le mouvement Charte 77
A écouter dans ce Magazine : Petr Uhl et sa femme Anna Šabatová. Il était debout sur les barricades de Paris et de Prague et a rédigé la Charte 77. Elle a cofondé le mouvement Charte 77 Crédits : Nadine Epstain - Radio France
 A écouter aussi dans notre reportage : Karol Sidon, Grand rabbin de Prague de 1992 à 2014
A écouter aussi dans notre reportage : Karol Sidon, Grand rabbin de Prague de 1992 à 2014 Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Vitrine du musée du communisme de Prague
Vitrine du musée du communisme de Prague Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Hommage dans une rue de Prague à Jan Palach et Josef Toufar, symboles de l'opposition aux forces du Pacte de Varsovie et  des persécutions du régime communiste en Tchécoslovaquie
Hommage dans une rue de Prague à Jan Palach et Josef Toufar, symboles de l'opposition aux forces du Pacte de Varsovie et des persécutions du régime communiste en Tchécoslovaquie Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Hommage à Václav Havel à l'entrée de l'ancien café des dissidents Slavia. Havel, figure de l'opposition à la République socialiste tchécoslovaque devenue président de son pays
Hommage à Václav Havel à l'entrée de l'ancien café des dissidents Slavia. Havel, figure de l'opposition à la République socialiste tchécoslovaque devenue président de son pays Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Ouvert en 1884 et nationalisé en 1948, le café Slavia fut l'un des lieux de rencontre de l'intelligentsia dissidente tchécoslovaque dans les années 1950 et pendant la normalisation après 1968
Ouvert en 1884 et nationalisé en 1948, le café Slavia fut l'un des lieux de rencontre de l'intelligentsia dissidente tchécoslovaque dans les années 1950 et pendant la normalisation après 1968 Crédits : Nadine Epstain - Radio France
Intervenants
  • maître de conférences au Centre d'Histoire de l'Europe centrale contemporaine (Paris I).
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......