LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Salles de shoot : un débat hypocrite

44 min

Salles de shoot : le fonctionnement, les chiffres
Salles de shoot : le fonctionnement, les chiffres

Marisol Touraine sera-t-elle la troisième femme politique à faire un pas courageux pour aider les toxicomanes ? Celles qui l’ont précédé étaient de droite.

1987 : Michèle Barzac, gouvernement Chirac, autorise, par décret, la vente libre des seringues en pharmacie.

1993-95 : Simone Veil, inspirée il faut le dire par son prédécesseur Bernard Kouchner, ouvre les premières « cliniques » où les héroïnomanes auront accès à la méthadone puis au Subutex.

Les morts par overdose vont baisser de 79%, celles liées au sida seront divisées par trois.

Aujourd’hui, il s’agit d’aller plus loin. De créer ce que l’on surnomme des « salles de shoot », des lieux où les toxicomanes peuvent venir consommer leur drogue, encadrés par des médecins.

Roselyne Bachelot avait osé en 2010 se déclarer « favorable » à une expérimentation : « Ni utile ... ni souhaitable » avait alors tranché le Premier ministre François Fillon.

Pourtant, l’INSERM est formel. Ces espaces diminuent les risques pour les toxicomanes et pour le voisinage. Et 8 pays les ont autorisé avec succès.

Pendant ce temps, le nombre de seringues utilisées à Paris, par exemple, ne cesse d’augmenter. Preuve que la consommation ne diminue pas grâce à la seule répression.

Que fera donc la gauche ? François Hollande avait promis d’essayer ce dispositif.

"Salles de shoot : Un débat hypocrite", c’est une enquête de Christine Moncla .

> Ecoutez aussi des Paroles de consommateurs de drogue Ils participent tous à la recherche AERLI (menée par AIDES, Médecins du Monde et l'ANRS)Rencontrés dans des centres d'accueil des toxicomanes, ils nous parlent de leur rapport aux drogues et de leur vision d'eux-mêmes dans la société :- K. 24 ans, sans emploi, ancien héroïnomane, aujourd'hui accro au Subutex, le produit de substitution :

Écouter
3 min
Écouter
  • M. 35 ans, directeur commercial, ancien héroïnomane, aujourd'hui multi-dépendant de produits psycho-actifs :
Écouter
1 min
Écouter
  • J. 24 ans, sans emploi, consommatrice de médicaments détournés et de drogues (cocaïne, crack) :
Écouter
1 min
Écouter

> AERLI : écoutez le questionnaire que l'infirmière déroule avant chaque séance d'accompagnement à l'injection (photo ci-dessous ) :

Écouter
1 min
Écouter

> Et Jean-Marie Le Guen, député socialiste de Paris, médecin, fervent partisan des salles de consommation . Début septembre, c'est lui qui a relancé le débat en rappelant à François Hollande sa promesse de campagne :

Écouter
4 min
Écouter

Voici une partie des observations que note l'infirmière quand elle accompagne un toxicomane lors d'une séance d'injection de drogue (projet de recherche AERLI / AIDES-MDM-ANRS-INSERM)

Questionnaire salle de shoot - Magazine de la rédaction
Questionnaire salle de shoot - Magazine de la rédaction Crédits : Radio France
Intervenants
  • Sociologue, spécialiste des drogues, présidente d'honneur de l'Association française pour la réduction des risques (AFR) et membre du CA de l’association Auto-Support des Usagers de Drogues (ASUD)
  • députée PS de la 1ère circonscription de Haute-Garonne, présidente de la commission des Affaires sociales
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......