LE DIRECT
Alexis Corbière, s'élevant contre la réduction des APL, à l'Assemblée nationale le 26 juillet

De la baisse des APL au "choc d'offre", quelles politiques pour le logement ? / L'afroféminisme, pilier de la lutte anti-raciste ?

1h19

L’annonce d’une réduction des APL de 5 euros interroge sur la politique du logement en France : qu'attend-t-on des pouvoirs publics ? Y a-t-il une crise du logement? A l'occasion du festival Nyansapo on s'interroge sur la lutte afroféministe en France : être femme noire en France, quels combats?

Alexis Corbière, s'élevant contre la réduction des APL, à l'Assemblée nationale le 26 juillet
Alexis Corbière, s'élevant contre la réduction des APL, à l'Assemblée nationale le 26 juillet Crédits : Aurelien Morissard / IP3 - Maxppp

De la baisse des APL au choc d'offre, quelle politique pour le logement?

Un paquet de nouilles, du riz, une boite de conserve et du pain de mie… voilà le contenu du panier de courses brandi par les députés de la France insoumise ce mercredi à l’Assemblée. Objectif : pointer du doigt le coup de rabot de cinq euros sur les APL annoncé la semaine dernière par le gouvernement.

Cinq euros… Pas de quoi « pleurer » estime une députée de la République en marche. Pourtant, la mesure continue de faire polémique car ce sont bien 6 millions de foyers qui seront touchés dès le 1er octobre, dont 800 000 étudiants. Même la suppression de la taxe d’habitation, finalement prévue pour 2018, ne semble pas en mesure de faire oublier ce qui est vécu comme une injustice sociale.

Alors, en attendant la « réforme globale » des APL annoncée pour l’automne, faut-il repenser intégralement la politique du logement en France ? Le « choc d’offre » proposé par Emmanuel Macron, qui veut favoriser les constructions de logements neufs, va-t-il permettre enfin de faire baisser les loyers ? Et faut-il davantage réguler le marché ou au contraire le libéraliser pour favoriser l’investissement ?

Avec Didier Cornuel, professeur émérite d’économie à l’Université de Lille, laboratoire LEM. Il est docteur en économie et en sociologie. Il a publié en 2013 « Economie immobilière et des politiques du logement » aux éditions De Boeck. Il tient un blog sur l'économie immobilière. Isabelle Rey-Lefèbvre, journaliste française. Elle travaille aux pages économiques du quotidien Le Monde, où elle s'occupe essentiellement de l'immobilier et des entreprises. Et par téléphone, Jean-Claude Driant, professeur à l’École d’urbanisme de Paris, et anciennement à l’Institut d’urbanisme de Paris (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), dont il a été le directeur entre 2001 et 2006. Spécialiste de l’habitat, il est membre de la Commission nationale des comptes du logement, participe à divers travaux du Conseil national de l’information statistique et aux conseils d’administration de divers organismes du domaine du logement.

L'afroféminisme, pilier de la lutte anti-raciste?

C’est un débat qui a fait ressurgir de vieilles crispations. La tenue du premier festival afro-féministe européen à Paris a entraîné en mai dernier un déferlement de critiques sur les réseaux sociaux en cause : les ateliers réservées aux femmes noires des espaces « interdits aux blancs » selon le site d’extrême-droite Fdesouche, relayé par le trésorier du Front national, la Licra et la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo qui a aussitôt brandi la menace de l’interdiction.

La polémique est retombée et le festival Nyansapo s’est bien ouvert hier mais elle a eu le mérite d’illustrer cet affrontement entre deux visions de l’antiracisme : la première, défendue par le collectif Mwasi, qui organise le festival promeut la non-mixité comme moyen de lutte, la seconde, portée notamment par SOS Racisme, rejette ce qu’elle considère comme une dérive identitaire qui pousse à la communautarisation.

Alors, qu’est-ce que l’afroféminisme peut apporter à lutte anti raciste ? Et ne risque-t-il pas de provoquer un éparpillement du combat féministe ?

Vous pouvez relire un article sur France culture : Trois exemples historiques de non-mixité choisie

Avec Kiyémis, militante afroféministe à l'origine du blog Les bavardages de Kiyémis ; Nacira Guénif-Souilamas, sociologue et anthropologue, professeure des universités à Paris 8, directrice d'EXPERICE et militante ; Nassira Hedjerassi, sociologue et directrice du CEREP, auteure de la préface du livre De la marge au centre : théorie féministe de bell hooks.

À venir dans ... secondes ...par......