LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT durant une réunion avec le Premier ministre le 25 juillet 2017

Le syndicalisme français dans tous ses états / Jusqu’où défendre le bien-être animal ?

1h18

L'explosion des partis politiques préfigure-t-elle celle de certains syndicats ? Manifestations contre les cirques, nouvelles lois pour protéger les dauphins : l'actualité estivale a consacré une grande place au bien-être animal.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT durant une réunion avec le Premier ministre le 25 juillet 2017
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT durant une réunion avec le Premier ministre le 25 juillet 2017 Crédits : BERTRAND GUAY / AFP - AFP

Le syndicalisme français dans tous ses états

Au printemps, on annonçait qu’ils seraient tous dans la rue à la rentrée pour protester contre la politique économique et sociale d’Emmanuel Macron. Mais depuis l’élection du nouveau président, c’est surtout la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon qui occupe le terrain de la contestation et de l’opposition. Même les ordonnances qui doivent réformer le code du travail et seront présentées le 31 août n’ont pas fait l’unanimité des syndicats contre elles. Ces derniers restent vigilants, mais ouverts. Y-a-t-il un effet Macron sur les syndicats comme il y a un effet Macron sur les partis politiques ? L’explosion des partis politiques préfigure-t-elle celle de certains syndicats ? De quelle manière les changements de la société, qui ont propulsé à l’Elysée un président qui transcende le clivage traditionnel français entre la droite et la gauche, affectent-ils aussi les syndicats ? Quels sont ceux, enfin, qui tirent le plus de profit des changements ?

Depuis le printemps dernier la CFDT est devenue le premier syndicat français, passant pour la première fois devant la CGT, qui ressemble de plus en plus à un bateau ivre. Son discours réformateur semble parfaitement convenir à la nouvelle ère qui s’ouvre en France depuis l’élection d’Emmanuel Macron. La centrale réformatrice peut-elle, doit-elle être le pivot du syndicalisme de demain ? Son succès pourtant n’occulte pas la réalité française : l’image des syndicats continue à s’effriter, comme celle de l’ensemble des institutions. Faute d’avoir su aborder les mutations du salariat, le syndicalisme français est-il un modèle dépassé ? Peut-il se renouveler et comment ?

Avec Rémi Bourguignon, maître de Conférences en Sciences de gestion et responsable pédagogique du master RH et RSE. Ses travaux portent sur la relation d’emploi et les relations sociales en entreprise ; Jean-Dominique Simonpoli, directeur général de l'association Dialogues, think tank qui réunit les différents acteurs du dialogue social et Marcel Grignard, président de Confrontations Europe, think tank européen, ancien haut responsable de la CFDT.

Jusqu’où défendre le bien-être animal ?

L’actualité estivale a consacré une grande place à ce que l’on appelle le « bien-être animal ». Le Conseil d’état a validé au mois d’août l’interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité, menaçant ainsi à terme les parcs aquatiques français de fermeture. Des manifestations ont eu lieu tout l’été dans plusieurs communes de France pour défendre l’interdiction des cirques mettant en scène des animaux sauvages. Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique et solidaire, a annoncé la création d’un groupe de réflexion sur le bien-être animal, qui sera placé sous l’autorité d’un philosophe et d’un parlementaire. Enfin, le scandale des œufs contaminés au Fipronil a relancé la polémique sur les conditions de vie et de reproduction des animaux en captivité mais aussi sur la maltraitance qui leur est imposée par la société industrielle, régulièrement dénoncée par les associations, notamment L214.

Depuis la première loi de défense de l’animal qui en faisait la propriété de l’homme en 1791, les progrès ont été réels en France. En 1963, l’acte de cruauté envers un animal est considéré comme un délit. En 1976, l’animal est considéré comme un être sensible et cette sensibilité est introduite dans le code civil en 2015. Grâce aux associations de défense des animaux mais aussi en raison des scandales alimentaires qui éclatent chaque année, la prise de conscience progresse chaque année. La cause animale est désormais omniprésente dans le débat public. L’idée qu’il existe une convergence entre le bien-être animal et celui de l’homme s’impose peu à peu comme une évidence dans nos sociétés. Mais ces changements donnent aussi lieu à des excès. Je ne citerai qu’un exemple, celui de l’artiste Abraham Poincheval dont la performance – couver des œufs de poule pendant trois semaines jusqu’à leur éclosion et la naissance des poussins – a été vivement critiquée par des associations de défense des animaux, qui crient à la maltraitance. Jusqu’où peut-on, doit-on humaniser l’animal ? Jusqu’où faut-il légiférer la relation entre l’homme et l’animal ?

Avec Florence Burgat, philosophe, directrice de recherche à l'INRA, directrice de séminaire à l'EHESS. Elle est l’auteur de L’Humanité carnivore, ouvrage publié au Seuil (2017) ; Corine Pelluchon, philosophe, professeur à l’université de Franche-Comté : spécialiste de philosophie politique et d’éthique appliquée. Elle est l’auteur de l’ouvrage Les Nourritures, publié au Seuil (2015) ; Pascal Durand, ancien secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts et député européen et Jocelyne Porcher, sociologue à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Références

Porcher J. (coord.), Ecologie et politique n° 54, dossier "Travail animal, l'autre champ du social", 2017
Jocelyne Porcher, 2017. Le programme ANR COW: l’ouverture d’un front de recherches inédit sur le travail animal. Nat. Sci. Soc. 25, 2, 172-179

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......