LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Macron lors d'un speech fin juillet 2017

Les défis diplomatiques d’Emmanuel Macron / Donald Trump fait le vide autour de lui

1h18

Alors que s'ouvre la traditionnelle conférence des ambassadeurs, quels sont les défis diplomatiques d'Emmanuel Macron ? / Après 8 mois de présidence, retour sur les relations difficiles entre Donald Trump et le reste du monde.

Emmanuel Macron lors d'un speech fin juillet 2017
Emmanuel Macron lors d'un speech fin juillet 2017 Crédits : CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP - AFP

Les défis diplomatiques d’Emmanuel Macron

A peine élu, il a été happé, comme le sont tous les nouveaux présidents quand ils s’installent à l’Elysée, par l’actualité internationale et les responsabilités particulières qui incombent à un membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU. Les défis diplomatiques : ils sont nombreux et la France, puissance globale qui compte dans le monde, ne peut ni ne veut s’y soustraire. Emmanuel Macron les relève les uns après les autres, les embrassant même à bras le corps. Il a accueilli Vladimir Poutine dans les fastes de Versailles tout en le remettant à sa place, il a invité à Paris Donald Trump, qui, tout impopulaire qu’il soit à l’étranger, reste le chef de la plus grande puissance mondiale. Au Moyen Orient il a officialisé l’inflexion de la politique syrienne de la France, qui désormais n’exige plus le départ immédiat de Bachar el-Assad. Il a forcé un accord de réconciliation entre les deux frères ennemis de Libye, le général Haftar et Fayez al-Sarraj, espérant qu’il amènera la stabilité dans ce pays devenu une plaque tournante pour les migrations. Mais c’est l’Europe, la volonté de la relancer avec Angela Merkel, de lui redonner un destin, une vision et une énergie, qui est la priorité numéro un d’Emmanuel Macron et la principale destination de ses déplacements. Il l’a à nouveau prouvé cette semaine en essayant de rallier les pays – rares mais déterminés - qui résistent à sa volonté de réformer la directive européenne sur les travailleurs détachés. Quelle sorte de politique étrangère tout cela fabrique-t-il ? Emmanuel Macron se considère davantage, il l’a dit en juin, comme un héritier du gaullo-mitterrandisme que comme un descendant du néo-conservatisme à la française. Mais depuis qu’il est élu, il mène surtout une diplomatie décomplexée, sans tabous, débarrassée des idéologies. Cette politique est-elle efficace ?

Article de Michel Duclos sur le blog de l'Institut Montaigne des idées pour demain : Gaullo-Mitterrandisme contre néo-conservateurs à la française – un vrai-faux débat ?

Avec Frédéric Encel, docteur en géopolitique et maître de conférence à Sciences Po ; Michel Foucher, géographe, ancien ambassadeur il est titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d'études mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMHS). Il est l'auteur de "Le retour des frontières" (CNRS, 2016) et par téléphone Michel Duclos, ancien ambassadeur, directeur général de l’Académie Diplomatique internationale.

Donald Trump fait le vide autour de lui

En huit mois, Donald Trump a déjà fait le vide autour de lui. Alors que les nominations dans l’administration ne sont toujours pas terminées, les démissions se sont multipliées dans son entourage pendant l’été. Le président américain s’est aussi séparé récemment de l’un de ses principaux collaborateurs, son conseiller aux affaires stratégique Steve Bannon. A l’extérieur du pays, c’est la même fébrilité. Le Vénézula est sur le pied de guerre, symboliquement parlant bien sûr, l’inquiétude des alliés asiatiques des Etats-unis, notamment la Coré du sud et le Japon, a grandi depuis la guerre des mots qui a opposé Kim Jong un, le dictateur nord-coréen et Donald Trump pendant dix jours. La Russie ne sait plus sur quel pied danser face à celui dont elle avait cru qu’il pourrait être un partenaire. Et que dire des alliés européens de l’Amérique, dont les diplomaties sont secouées ou paralysées par les retournements incessants du président américain. La crise de Charlottesville a-t-elle constitué un tournant dans la présidence de Donald Trump ? Quel impact aura le limogeage du conservateur Steve Bannon, proche des suprématistes blancs, sur la présidence américaine, à l’intérieur et à l’extérieur du pays ? Donald Trump ira-t-il jusqu’au bout de son mandat ?

Avec Frédéric Encel, docteur en géopolitique et maître de conférence à Sciences Po ; André Kaspi, historien, spécialiste des Etats-Unis ; Martin Quencez, chercheur au German Marshall Fund of the US.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......