LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des partisans du président tunisien Kais Saied scandent des slogans lors d'une manifestation devant le bâtiment du Parlement, dénonçant Rached Ghannouchi, président du Parlement et du Mouvement islamiste Ennahda. 26 juillet 2021, Tunisie, Tunis

Tunisie : coup de force ou coup démocratique ? / Pollution sonore, un fléau assourdissant

57 min
À retrouver dans l'émission

Avec le confinement et le dé-confinement, nous y avons sans doute prêté un peu plus attention mais on a encore tendance à sous-estimer sa nocivité: c'est la pollution sonore. Mais avant cela, nous partons en Tunisie, la plus regardée des démocraties arabes qui vient de vivre une semaine historique.

Des partisans du président tunisien Kais Saied scandent des slogans lors d'une manifestation devant le bâtiment du Parlement, dénonçant Rached Ghannouchi, président du Parlement et du Mouvement islamiste Ennahda. 26 juillet 2021, Tunisie, Tunis
Des partisans du président tunisien Kais Saied scandent des slogans lors d'une manifestation devant le bâtiment du Parlement, dénonçant Rached Ghannouchi, président du Parlement et du Mouvement islamiste Ennahda. 26 juillet 2021, Tunisie, Tunis Crédits : Khaled Nasraoui - Getty

Première partie - Tunisie : coup de force ou coup démocratique ? 

La plus regardée des démocraties arabes vient de vivre une semaine historique. Dimanche dernier, le président tunisien, Kaïs Saïed a suspendu les activités du Parlement, et limogé le chef du gouvernement, mettant fin de facto à une crise parlementaire qui durait depuis plusieurs mois. Rached Ghannouchi, leader du parti islamiste Ennhadha s'est empressé de dénoncer un « coup d'Etat ». Son parti, qui domine la vie politique de cette jeune démocratie depuis 2011 a perdu l'immense popularité dont elle jouissait à la chute de Ben Ali, et est aujourd'hui regardé comme le principal responsable de la crise économique, mais aussi sanitaire qui frappe le pays. 

Dix ans après la révolution, la démocratie tunisienne est-elle en péril ? Quel est donc le projet de Kaïs Saïed pour cette jeunesse tunisienne qui l’a plébiscité lors des élections présidentielles de 2019 ? Ce fonctionnaire, pétri de légalisme, qui entend incarner l'homme tunisien ordinaire entretient une grande défiance à l'égard des partis politiques et du parlementarisme. A quoi correspond le modèle de démocratie directe qu'il défend et peut-il vraiment fonctionner ? Alors que l'Etat d'exception se prolonge, existe-t-il un vrai risque de dérive autoritaire ?

Avec Monia Ben Hamadi, directrice éditorial d’Inkyfada (média indépendant tunisien) et Vincent Geisser, chercheur au CNRS – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM), enseignant à Sciences Po-Aix et à l’université Aix-Marseille (AMU).

On peut effectivement parler d'un coup d'état dans le sens où aujourd'hui le président a utilisé un article qui déjà est problématique parce qu'il permet de s'accaparer les pouvoirs en cas de d'état d'exception. (...) Mais cette lecture juridique est un peu obsolète. Ça fait longtemps que la Constitution est violée (...) et je pense que même les personnes qui soutiennent aujourd'hui ce mouvement, cet évènement de Kaïs Saïed peuvent effectivement parler de coup d'Etat sans pour autant le le condamner c'est-à-dire que beaucoup considèrent que c'était peut-être la seule solution pour  mettre fin à ce statu quo et  à l'effondrement de la classe politique qui n'a pas su répondre aux attentes, plus particulièrement en temps de Covid depuis plus d'un an et demi. 

Monia Ben Hamadi

C'est un politique qui est à l'image d'une certaine simplicité du fonctionnaire tunisien (...) et là il y a un paradoxe car c'est à la fois un ovni politique parce qu'on sait pas d'où il vient, - il n'a pas de mouvement ni de parti, ni vraiment d'idéologie - mais en même temps (...) c'est l'homme ordinaire que l'on peut rencontrer au bureau de poste, dans la rue.

C'est clair qu'il y a une rupture avec les IIème République tunisienne, avec ce caractère un peu romantique d'une République fondée sur le pluripartisme et  sur une société civile forte? Effectivement, on n'est pas simplement dans un autoritarisme provisoire mais on va plutôt vers une IIIème République qui sera nettement différente de la IIe république.

Vincent Geisser

Deuxième partie - Pollution sonore, un fléau assourdissant

Un ouvrier avec un casque anti bruit sur un chantier, 16 février 2021, Le Mans
Un ouvrier avec un casque anti bruit sur un chantier, 16 février 2021, Le Mans Crédits : Michel GILE - Getty

Le bruit est partout; on s’en plaint souvent mais on s’en accommode volontiers. Très certainement, nous sous-estimons les conséquences désastreuses de son omniprésence sur notre ouïe, encore très proche de celles des hommes du Paléolithique, qui vivaient dans un milieu naturel et chez qui, le bruit résonnait comme une alerte. Lorsqu'on recoupe les chiffres de l'OMS et ceux du rapport de la large étude rendue publique ce mois-ci par l'ADEME, le constat est vertigineux. Les nuisances sonores coûteraient près 156 milliards d’euros par an à la France. Elles auraient des conséquences dévastatrices sur la santé des Français :  presque aussi graves que celles de la pollution atmosphérique. Pire, la pollution sonore tue près de 40 000 individus par an. Les hommes seraient en partie imputables au bruit chaque année en France mais les écosystèmes, notamment marins sont aussi victimes de ce fléau.  

Comme expliquer que les nuisances sonores soient si dévastatrices ? Pourquoi est-il si difficile d’agir contre le bruit ? Quelles sont les pistes pour lutter contre la pollution sonore, ce fléau assourdissant ?

Avec Fanny Mietlicki, directrice de l'Observatoire du bruit en Ile-de-France « Bruitparif », Philippe Strauss, chef de projet au CIDB (Centre d’information sur le bruit) et Olivier Adam, professeur à Sorbonne Université, spécialiste en bioacoustique.

La circulation routière est en effet la première responsable des nuisances sonores sous toutes ses composantes : le bruit continu de la circulation mais c'est aussi toutes les émergences de pics de bruit qui sont liés passage de de mobylettes, de motos bruyantes, des coups de klaxon.. Ensuite le transport aérien joue pour près de 10% du coût social du bruit, le trafic ferroviaire également 7% et puis on a  tous les bruits de voisinage dont on ne parle pas beaucoup mais qui représentent quand même une une réelle pollution sonore pour les gens sont gênés par leurs riverains par leurs voisins ou par des activités commerciales ou des activités de loisirs dans la rue ou industrielles comme des chantiers.

Fanny Mietlicki

Il faut 17 minutes en moyenne pour retrouver le niveau de concentration atteint juste avant d’être perturbé. Une personne étant dérangée en moyenne 5 fois dans la journée, si on extrapole à une société de 200 personnes, il y a 30 personnes qui sont improductives dans la société à cause du bruit.

Philippe Strauss

Le plus grand open space que vous pouvez trouver c’est l’océan : le son se propage partout. Les sons qui sont les plus forts et les plus intenses sont les sonars militaires, le trafic maritime en constante augmentation et les prospections pétrolières.

Des régulations sont attendues. La France est d'ailleurs moteur sur ce point-là parce qu'on ne veut pas arrêter nos activités humaines, c'est pas ça l'idée. L'idée, c'est de prendre conscience que ces activités humaines ont du son et donc il faut réduire leurs nuisances sonores. Des solutions existent par exemple pour le trafic maritime, il existe des hélices silencieuses.  

Olivier Adam

A découvrir : 

Ecoute, écoute..., programme d'éveil à l'environnement sonore et d'invitation à l'écoute par le CIDB

Intervenants
  • Directrice éditorial d’Inkyfada (média indépendant tunisien)
  • Sociologue et politologue, chercheur à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM)
  • Directrice de l'Observatoire du bruit en Ile-de-France « Bruitparif »
  • Chef de projet au CIDB (Centre d’information sur le bruit)
  • Bioacousticien spécialiste des cétacés, professeur à Sorbonne Université
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......