LE DIRECT
Kyriakos Mitsotakis, chef du parti néo-démocrate d'opposition grec, salue ses partisans alors qu'il quitte un bureau de vote après avoir voté lors des élections générales tenues à Athènes le 7 juillet 2019.

Virage à droite en Grèce / Face aux catastrophes naturelles : sommes-nous prêt·e·s ?

1h08
À retrouver dans l'émission

Un mois après son élection comme Premier ministre, le conservateur Kyriakos Mitsotakis mène tambour battant une politique très à droite, en rupture avec celle de son prédécesseur Alexis Tsípras, issu de la gauche radicale.

Kyriakos Mitsotakis, chef du parti néo-démocrate d'opposition grec, salue ses partisans alors qu'il quitte un bureau de vote après avoir voté lors des élections générales tenues à Athènes le 7 juillet 2019.
Kyriakos Mitsotakis, chef du parti néo-démocrate d'opposition grec, salue ses partisans alors qu'il quitte un bureau de vote après avoir voté lors des élections générales tenues à Athènes le 7 juillet 2019. Crédits : ARIS MESSINIS - AFP

Suite aux élections législatives du 7 juillet dernier, le chef de file du parti conservateur Nouvelle Démocratie a pris la tête du gouvernement grec, après avoir recueilli 39,85% des suffrages, contre 28,5% pour Alexis Tsipras. Quatre ans après l’élection du parti Syriza, porté au pouvoir dans l’espoir de faire face à la troïka, il avait dû rapidement se plier aux mesures d’austérité, laissant une population trahie et exsangue. C’est désormais une droite dure et libérale qui prend les commandes du pays.  

Pour Stathis Kouvelakis, professeur en théorie politique au King's College, ce vote n'est pas un vote d'adhésion, mais plutôt un vote de contestation, même si les résultats de Syriza restent très honorables. 

La contestation est visible plutôt dans l'abstention. Il y a quelques années, imaginer que la droite prendrait le pouvoir relevait du délire politique, car il y a un réflexe anti-droite très enraciné en Grèce, du fait de son histoire moderne, avec la dictature des Colonels et la guerre civile. Mais Syriza, en ne tenant pas ses promesses, a discrédité la politique. 

La gauche a selon lui mis en oeuvre une "pédagogie du renoncement" au sein de la population, la poussant à la résignation. C'est un constat partagé par Eva Betavatzi, architecte et militante au Comité pour l'Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM). La droite unifiée a pu insister sur des mesures d'allègements fiscaux, notamment pour les classes moyennes. Elle précise que  

Kyriakis Mitsotakis est dans une situation assez facile concernant la dette grecque. Il n’a plus à discuter de cette question, car le dernier plan de sortie du programme d'austérité a été étalé jusqu'en 2060. Il a complètement écarté la question de la légitimité ou de la légalité de la dette.

Sur ce sujet, Tiago Moreira Ramalho, doctorant en science politique, ajoute que cette nouvelle rhétorique de la droite grecque repose toujours sur la croyance que les créanciers, une fois rassurés par des privatisations et autres mesures néolibérales, permettront des assouplissements. Il remarque aussi : 

Regardez ce qui se passe au niveau européen : Christine Lagarde, qui disait que la dette grecque n’était pas soutenable à long terme, est désormais à la tête de la BCE. Quel impact cela va-t-il avoir sur les négociations ? 

Eva Betavatzi et Stathis Kouvelakis insistent aussi sur le virage autoritaire du gouvernement, avec des annonces fortes comme la fin du numéro de sécurité sociale pour les migrants, les condamnant à la marginalité, le renforcement des pouvoirs du premier ministre, la possibilité pour la police d'entrer dans les universités.. Cette mesure est particulièrement symbolique quand on sait que le souvenir de l'intervention des militaires à l'école polytechnique d'Athènes, pendant la dictature, reste très vivace. 

Stathis Kouvelakis n'hésite ainsi pas à dire que 

C'est un gouvernement qui veut faire taire toute contestation.

Avec Eva Betavatzi, architecte, militante pour CADTM (Comité pour l’Abolition des dettes illégitimes), Tiago Moreira Ramalho, doctorant en science politique, spécialiste des politiques d'austérité en Europe du Sud, et Stathis Kouvelakis, professeur en théorie politique au King's College (Londres), qui a fait partie du comité central de Syriza.

  • Pour en savoir plus

Comité pour l'abolition des dettes illégitimes (CADTM

Un livret pédagogique sur la dette grecque 

Vers l'Université d'été du CADTM organisé du 5 au 8 septembre en Belgique : "Fin du monde, fin du mois, la dette on n’en veut pas !"

Face aux catastrophes naturelles : sommes-nous prêt·e·s ?

Chevaux cernés par les eaux à Agde suite aux fortes précipitations en décembre 2004. (Vue aérienne)
Chevaux cernés par les eaux à Agde suite aux fortes précipitations en décembre 2004. (Vue aérienne) Crédits : Gérard Julien - AFP

Inondations, anticyclones, tempêtes, érosions des littoraux… A cause du dérèglement climatique, on prévoit des catastrophes naturelles de plus en plus intenses et fréquentes. Si tous les indicateurs sont au rouge, les mesures radicales nécessaires pour répondre à l’urgence climatique tardent à être prises. Sommes-nous prêt-e-s alors à affronter ces catastrophes naturelles ? Et à quelles échelles et avec quels moyens des réponses doivent-elles être mises en place ? Face à l’inertie, à l’inadaptation ou à l’ignorance des besoins sur le terrain de la part des instances tant nationales qu’internationales, les actions locales s’organisent pour faire face aux éléments lorsqu’ils se déchaînent. Mais elles risquent de se retrouver bien démunies en l’absence de volonté politique pour les soutenir. 

Pour Gaël Musquet, hacker et météorologue, fondateur de l'association HAND, il s'agit de donner aux citoyens les moyens de s'émanciper et d'agir par eux-mêmes. Il met donc en place des ateliers, notamment pour sensibiliser à d'autres modes de communications quand les voies classiques ne fonctionnent plus. 

On a tous un rôle à jouer, mais on a une faible culture du risque. Les Etats nous doivent la sûreté, mais chaque citoyen est responsable de sa propre sécurité et de celle de son entourage.

Mais les citoyens seuls peuvent-ils faire face à ces catastrophes naturelles ? Léah Kimber, spécialiste des programmes de l'ONU relatifs à la gestion des risques et des catastrophes naturelles, critique notamment le concept de "résilience", utilisé par les instances internationales :

On observe un décalage entre les ressources et les besoins. La résilience est, somme toute, un concept néolibéral. Il permet de dédouaner les Etats, qui demandent un peu trop aux citoyens de prendre en charge la situation, en disant qu'il faut compter uniquement sur son réseau et le voisinage.

Des textes ont bien pourtant été adoptés, comme la charte de Sendai en 2015, mais 

On est plutôt à donner des directives pour montrer vers où l'on doit tendre. Mais il est difficile d'élaborer quelque chose qui puisse être appliquée à toutes les nations. C'est compliqué d'avoir des précisions sur la façon de mettre en oeuvre ces directives : il faut qu'elles soient suffisamment larges pour les adapter à différentes législations et aux besoins propres de chaque territoire. 

Le problème est aussi que ces textes sont non contraignants. Chloé Gerbier, qui utilise l'outil juridique avec l'association "Notre Affaire à tous" pour exercer une pression sur l'Etat français afin de lui faire respecter ses engagements environnementaux, souligne l'absence de réelle volonté politique : 

La société civile peut se battre, mais il y a un énorme enjeu politique. Même si tous les citoyens agissaient de façon exemplaire, on a besoin de lois et de mesures, comme le quota carbone, et des moyens de contraindre les entreprises.  

Elle rappelle aussi la formule de Greta Thunberg : 

« il n'est plus temps d’espérer, il est temps de paniquer. »

Avec Gaël Musquet, hacker et météorologue, fondateur de l’association HAND (Hackers Against Natural Disasters) ;  Chloé Gerbier, juriste de l’association « Notre affaire à tous », et Léah Kimber, doctorante à l’ Université de Genève au département de sociologie, spécialiste des programmes de l'ONU relatifs à la gestion des risques et des catastrophes naturelles

Musique : Mashrou Leila, "Fasateen". 

Intervenants
  • Architecte, militante pour CADTM (Comité pour l’Abolition des dettes illégitimes)
  • Doctorant en science politique, spécialiste des politiques d'austérité en Europe du Sud (Portugal, Espagne et Grèce)
  • enseignant en philosophie au King’s College de Londres
  • Hacker, météorologue de formation, fondateur de l’association HAND (Hackers Against Natural Disasters)
  • Juriste de l’association « Notre affaire à tous »
  • Doctorante à l’ Université de Genève au département de sociologie, spécialiste des programmes de l'ONU relatifs à la gestion des risques et des catastrophes naturelles.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......