LE DIRECT
Le problème des normes, c'est quand il y en a trop... ou pas assez.

Christian Morel ou l'impossibilité des normes

2 min
À retrouver dans l'émission

Si ça ne va pas fort aujourd'hui dites vous que vous auriez pu être Christian Morel, et vous retrouver dans l'impossibilité de respecter une règle.

Le problème des normes, c'est quand il y en a trop... ou pas assez.
Le problème des normes, c'est quand il y en a trop... ou pas assez. Crédits : Koron - Getty

Christian Morel est un sociologue qui n'a cessé de réfléchir aux catastrophes, un superfailologue si vous voulez. Et ses conclusions sont formelles, une absence de normes peut conduire à la catastrophe, une inflation de normes aussi. C'est assez contre intuitif, en effet, on songe bien souvent que la meilleure manière de prévenir les gros ratages c'est de fabriquer des procédures, voire des procédures permettant de mieux appliquer les procédures.

L'excès de règles tue, mais l'absence aussi...

Eh bien dans Les Décisions absurdes III, Christian Morel démontre assez bien qu'un grand nombre de bons gros ratages proviennent des règles destinées à les éviter. Une enquête explique-t-il, a même été menée dans 46 hôpitaux israéliens. Son but ? Tenter de mesurer le nombre d'erreurs médicales en fonction du niveau de détail des procédures de sécurité.

Et le résultat ressemble à une jolie courbe en U : quand le nombre de procédures de sécurité est bas, le nombre d'erreurs médicales est haut, quand le nombre de procédures de sécurité est élevé, aussi. C'est assez simple à comprendre : quand les règles se multiplient, elles deviennent de plus en plus complexes et sophistiquées et du coup, elles deviennent des obstacles à la sécurité.

La bombe équestre impossible

Illustration parfaite de cette règle, la bombe équestre, le casque qui coiffe les cavaliers. Après un accident grave, la commission européenne décida de réviser la norme EN1384 qui régissait la bombe équestre et la remplace par la norme EN14572. Un travail considérable, imagine-t-on, puisqu'il fallut 9 ans pour mettre au point cette nouvelle norme, beaucoup plus contraignante que l'ancienne. Pour un résultat assez probant. Sortie en 2005, la nouvelle norme EN14572 était devenue tellement complexe qu'elle était en réalité impossible à appliquer : du coup, aucune bombe équestre disponible sur le marché ne satisfaisait véritablement à cette règle.

C'était en un sens une chance puisque la nouvelle bombe risquait de créer des blessures aussi graves que l'ancienne. Ou bien, du fait de sa complexité, elle était mal fabriquée, ou bien du fait de sa solidité, elle transmettait le choc sur d'autres parties du corps, notamment la colonne vertébrale.

Cela semble simple à comprendre ? Oui, peut-être mais il a fallu dix ans à la Commission européenne pour le comprendre et finalement annuler la norme EN14572.

Que de temps perdu 

Moralité, aujourd'hui il n'existe plus aucune norme pour les bombes équestres, une saga qui, comme l'explique Christian Morel, a duré 20 ans pour aboutir à un résultat nul. Pourtant les règlements dangereux sont légion – c'est ainsi que les gants de moto sont désormais soumis à de telles normes qu'ils sont en fait pratiquement importables, impossibles à utiliser pour conduire une moto, ce qui pourrait se révéler potentiellement dangereux si d'aventure l'envie vous prenait de conduire une moto avec. 

Et maintenant bonne journée si vous n'allez pas vous déplacer à cheval ou à moto.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......