LE DIRECT
Jacques Brel

Jacques Brel ou la lâcheté de l'homme

3 min
À retrouver dans l'émission

Si ça ne va pas très fort aujourd'hui, dites-vous bien que vous auriez pu être Jacques Brel.

Jacques Brel
Jacques Brel Crédits : FILMS 13 / COLLECTION CHRISTOPHEL - AFP

Pratiquement toutes chansons de Brel évoquent l'échec, le ratage, le pessimisme. Et chez Brel le monde de l'amour n'est pas celui du pardon, même dans la chanson des vieux amants, même dans Ne me quitte pas... Il faut savoir que pour lui, Ne me quitte pas n'était pas une chanson d'amour. Il n'a jamais caché à quel épisode de sa vie renvoyait cette supplique, marié toute sa vie avec "Miche", avec qui il eut trois enfants, Brel multiplia les relations. 

Ne me quitte pas renvoie à une liaison passionnée que le chanteur entretient avec une autre chanteuse, Suzanne Gabriello, Suzanne qui décida de mettre un terme à leur liaison parce que Brel refusait de quitter son épouse.

Pour Brel, cette chanson est un hymne à la lâcheté des hommes, "C'est jusqu'où un homme peut s'humilier, je sais que ça peut faire plaisir aux femmes qui en déduisent assez rapidement que c'est une chanson d'amour et ça les réconforte et je comprends bien ça. Mais c'est l'histoire d'un con et d'un raté". Une histoire qu'il n'hésite pas à chanter sur scène à l'Olympia en 1959, il affiche son espoir qu'elle revienne. 

Le véritable thème de cette chanson, c'est l'humiliation, la faiblesse, le chagrin, à un point tel qu'à l'origine cette chanson a choqué. Ça peut paraître incroyable mais en 1959, les journaux commentaient cette chanson à l'aide de la phrase d'Edith Piaf : "un homme ne devrait pas chanter ça". Comment accepter de passer pour un personnage médiocre et faible ? 

Et maintenant bonne journée si vous n’êtes pas Jacques Brel.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......