LE DIRECT
Attention, catastrophe imminente !

Jean-Pierre Dupuy ou l'imminence de la catastrophe

2 min
À retrouver dans l'émission

Si ça ne va pas fort aujourd’hui, dites-vous bien que vous auriez pu être Jean-Pierre Dupuy.

Attention, catastrophe imminente !
Attention, catastrophe imminente ! Crédits : Martin Balija / EyeEm - Getty

Le philosophe Jean-Pierre Dupuy est notamment l’auteur d’un livre dont le titre vaut tout un programme : Le Catastrophisme éclairé, sous entendu, si vous n’êtes pas catastrophiste, si vous pensez que le pire n’est pas certain, c’est que vous ne pensez pas.

Une vraie nouveauté en matière philosophique, en tout cas de manière si radicale, puisque d’ordinaire, les philosophes s’emploient de manière plus ou moins maladroite à rassurer les individus, à leur expliquer pourquoi ils ne doivent pas avoir peur. 

La plupart des grands théoriciens du politique, tel Montesquieu, ont considéré que la terreur s’opposait à la raison et à la sagesse. Eh bien pas Jean-Pierre Dupuy pour qui la sagesse n’est pas d’envisager la possibilité de la catastrophe, mais bien de vivre dans sa certitude, persuadé du caractère inéluctable de la catastrophe. 

Pour Jean-Pierre Dupuy, il n’est pas véritablement possible d’anticiper cette catastrophe, on ne la croit possible qu’une fois que celle-ci est advenue. Du coup, tout ce qui relève de la prévention échoue toujours, les procédures essayent d’éviter le pire dans un monde possible, mais lointain et non actualisé. D’où sa proposition, rendre la catastrophe certaine, l’inscrire délibérément dans l’avenir, considérer toujours que le pire est définitivement certain. 

Si l’on considère que le pire est seulement possible, on peut toujours trouver une solution, ou bien une bifurcation, c’est le côté pervers du principe de précaution, qui considère que le pire est seulement plausible. 

Être philosophe, c’est donc se transformer en une sorte d’anti Plangloss. Le vrai risque, c’est que les opinions publiques ne soient pas encore pénétrées par la certitude du désastre, parce que, nous dit Dupuy, nous ne voyons pas ce que nous savons. 

L’histoire est pleine de catastrophes rappelle le philosophe, depuis le tremblement de terre de Lisbonne, jusqu’au bombardement d’Hiroshima, en passant par le non respect du protocole de Kyoto. 

Et pourtant hélas, l’Homme reste désespérément optimiste, mais attention, s’il suffisait d’annoncer une catastrophe pour qu’elle ne se produise pas, l’exercice serait des plus aisés. Certains Hommes sont toujours optimiste et refusent de prendre la mesure du risque qui les menace et pour qu’ils consentent enfin à agir, il faut les convaincre de la proximité de l’Apocalypse. 

Voilà pourquoi il faut paniquer l’Homme pour le sauver, voilà pourquoi une métaphysique de la catastrophe est indispensable !

Et maintenant bonne journée, en attendant la catastrophe. 

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......