LE DIRECT
"Sous l'oeil d'Oedipe" dirigé par Joel Jouanneau, au Festival d'Avignon en 2009.

Oedipe ou l'incarnation du déterminisme tragique

2 min
À retrouver dans l'émission

Si ça ne va pas fort aujourd'hui, dites-vous bien que vous auriez pu être Œdipe.

"Sous l'oeil d'Oedipe" dirigé par Joel Jouanneau, au Festival d'Avignon en 2009.
"Sous l'oeil d'Oedipe" dirigé par Joel Jouanneau, au Festival d'Avignon en 2009. Crédits : Pool PARIS/TAUB / Contributeur - Getty

Œdipe, s'il y a un être qui sur terre incarne la tragédie, c'est-à-dire le malheur inéluctable, c'est bien ce personnage de la mythologie grecque. 

Gardons-nous jamais d'appeler un Homme heureux comme le dit Sophocle dans sa tragédie. Œdipe a toujours fasciné les Hommes, d’Aristote à Michel Foucault en passant bien sûr par Freud, parce qu'Œdipe est notre Shadenfreude. Avec lui, on se réjouit doublement du malheur des autres, parce que l'on sait que ça va mal se terminer, mais on ne sait pas très bien comment.

Alors on ne sait pas très bien par quel chemin Œdipe va-t-il réussir à échouer : il est le roi de Thèbes, normal, c'est le fils de Laïos et de Jocaste, roi et reine de Thèbes. Ce qu'il l'est moins, c'est l'oracle qui accompagne sa naissance : cet enfant dit-on, tuera son père, couchera avec sa mère. Pour éviter que le destin ne se réalise, l'enfant est abandonné aux bêtes sauvages.

Oui mais voilà, on ne fait pas sa part au destin. Alors qu'il se rend à Delphes pour consulter la Pythie sur le secret de sa naissance, un vieillard conduisant un char lui demande de s'écarter. Œdipe s'énerve et le tue : il vient d'assassiner son père. Arrivé à Thèbes, il libère la ville du terrible Sphinx et pour le remercier les Thébains le font roi, le marient avec la reine, c'est-à-dire avec sa mère. 

Alors la malédiction se réalise : Thèbes est ravagée par la peste. Œdipe cherche qui est responsable de l'épidémie maudite, il n'imagine pas que c'est lui-même. 

Le nom du coupable est dévoilé et alors Jocaste, la mère d'Œdipe réalise avec qui elle est mariée et se suicide. Tandis qu'Œdipe se crève les yeux et renonce au trône : les Hommes ne devraient pas trop se réjouir du malheur d'Œdipe car il incarne le malheur qui frappe tous les Hommes : le déterminisme. 

Autrement dit, nous nous rêvons libres, autonomes, hélas notre horizon est entravé par des mécanismes qui nous dépassent : Dieu pour les uns, l'inconscient pour les autres. 

Finalement, la seule liberté d’Œdipe c'est de se crever les yeux quand il se découvre prisonnier de son terrible destin. Les interprétations de ce mythe sont légion, mais pour l'une d'elles, Œdipe est puni pour son hubris, pour sa démesure : avoir pensé être l'égal des dieux en connaissant notamment son destin.

Pour Michel Foucault, ce n'est pas qu’Œdipe en sait trop, c'est qu'il sait mal : son savoir est fragmentaire, et la pièce de Sophocle incarne justement le moment d'affrontement pour la pensée occidentale de tous les types de savoirs. 

Et maintenant bonne journée puisque vous n'êtes pas Œdipe. 

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......