LE DIRECT
Le psychologue Australien-Américain Paul Watzlawick

Paul Watzlawick ou l'ultra-solution

3 min
À retrouver dans l'émission

Si ça ne va pas fort aujourd'hui dites-vous bien que vous auriez pu être Paul Watzlawick, ou plus exactement l'un de ses patients.

Le psychologue Australien-Américain Paul Watzlawick
Le psychologue Australien-Américain Paul Watzlawick Crédits : Ulf ANDERSEN / Contributeur - Getty

Paul Watzlawick est l'un des plus beaux représentants de l'école de Palo alto, école de psychologie qui a porté son attention sur la communication, le lien entre relations familiales et maladies mentales. Watzlawick a notamment isolé un mécanisme très puissant en matière d'échec, l'ultra-solution.

Celui-ci peut se résumer de la manière suivante : si quelque chose échoue, pourquoi ne pas en rajouter pour être définitivement sûr d'échouer. L'ultra-solution, pour Watzlawick, c'est ce médicament qui permet de guérir définitivement le malade en le tuant. Dans la plupart des cas, l'ultra-solution consiste à écarter toute mesure prudente et raisonnable qui risquerait de rétablir une situation. 

Un exemple : la question du port d'armes aux Etats-Unis. En février 2018, une énième tuerie a eu lieu dans un établissement scolaire, en Floride cette fois. Un esprit pondéré aurait pu être tenté de mettre en relation la multiplication des tueries de ce genre avec la facilité de se procurer une arme en Amérique. 

Quelle pensée banale ! Donald Trump met un point d'honneur à refuser toute solution raisonnable. Voilà pourquoi Donald Trump a proposé d'introduire plus d'armes dans les établissements scolaires, "si un tireur fou" a-t-il tweeté, "sait que dans une école de nombreux enseignants savent aussi utiliser des armes, le fou n'attaquera jamais cette école" . 

Plus d'armes devient ainsi le remède à trop d'armes, une sublime illustration de l'ultra-solution. Une ultra-solution qui n'a pas manqué de donner des résultats à la hauteur des prévisions, puisqu'en mars 2018, trois élèves d'un lycée californien ont été accidentellement blessés par leur professeur, lequel s'était armé pour leur apprendre le maniement des armes. 

L'ultra-solution est une bonne manière de ne jamais s'avouer vaincu – comme l'a déclaré Donald Trump, "il faut se battre et pas seulement se défendre". 

Autre exemple : comment en finir avec les inégalités ? Des cervelles timorées pourraient par exemple envisager une modification de la fiscalité, des mécanismes redistributifs, ou d'autres solutions – mais Dieu vomit les tièdes, c'est bien connu. Voilà pourquoi il faut une vraie bonne ultra-solution pour en finir avec la pauvreté, par exemple abolir l'argent. 

C'est par exemple la solution retenue immédiatement après la Révolution russe par certains théoriciens, j'hésite à les qualifier d'économistes, autour de Lénine. Géniaux dans l'ultra-solution, ils décidèrent de produire une ultra-inflation pour détruire la monnaie, puisqu'ils savaient bien que les Russes, riches ou pauvres, ne rendraient pas l'argent. Et c'est ainsi que l'impression de papier monnaie devint la première industrie du pays, 60 % des dépenses de l'Etat passaient dans l'impression de papier monnaie fin 1919. 

Inutile de dire que cette mesure radicalement radicale parvint uniquement à renforcer les inégalités sociales qu'elle était censée détruire, l'ultra-solution ayant généralement le mérite de fonctionner à l'envers, d'indiquer la route la plus courte vers l'échec. 

Et maintenant, bonne journée puisque vous n'êtes pas un patient de Paul Watzlawick.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......