LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un exemple classique de Schadenfreude

"Schadenfreude", la joie mauvaise à l'idée du malheur d'autrui

3 min
À retrouver dans l'émission

Ça n'est pas très avouable, mais puisque l'on est entre nous on peut se le dire : être heureux ne suffit pas, ce qui importe c'est que les autres soient malheureux. Ce principe c'est la notion que Freud a nommé la Schadenfreude – la joie mauvaise à l'idée du malheur d'autrui.

Un exemple classique de Schadenfreude
Un exemple classique de Schadenfreude Crédits : picture-alliance - Maxppp

Ce principe est en réalité beaucoup plus puissant que les multiples méthodes proposées aujourd'hui pour nous apprendre à être heureux. Beaucoup de sages et de moins sages, de psy quelque chose, bref des bonheurologues nous proposent d'éprouver le plaisir de la joie d'être heureux. 

Et à chaque coup, ça ne rate pas, ça rate. 

Si ces méthodes destinées à être heureux seul, ou en couple, pire en famille, et pourquoi pas en troupeau, si ces méthodes avaient la moindre efficacité, vous vous doutez bien que la consommation de psychotropes, drogue et alcool aurait chuté – si les méthodes de « Self Help » comme on dit aux Etats unis pour qualifier ce rayon gigantesque dans les libraires, si ces méthodes ne fonctionnent pas, c'est peut être parce que l'on est trop angélique. 

En réalité, ce qu'il faut pour nous sentir bien, ça n'est pas seulement être heureux, c'est aussi et surtout savoir que les autres sont malheureux. Cette certitude est bien antérieure à Freud – Aristote en avait déjà fait la remarque dans l'Ethique à Nicomaque. 

Rire bêtement quand quelqu'un tombe

Chez Aristote on trouve un mot nouveau Epichairekakia, un mot qui peut se traduire littéralement par joie née du mal, terme qui désigne la vilaine émotion que ressent celui qui, loin de s'affliger du malheur des autres, s'en réjouit. Beaucoup de temps a passé depuis Aristote, mais ce sentiment demeure – c'est lui qui explique que l'on puisse rire bêtement quand quelqu'un tombe, sentiment tellement présent qu'il a donné naissance a des heures de programme télévisés, les calamiteux sottisiers. 

Plus encore, si l'on en croit Spinoza, une bonne part de la compassion serait de la Schadenfreude. Nous plaignons quelqu'un pour sa souffrance, on prend de ses nouvelles, mais en réalité, une joie mauvaise bouillonne en nous, la compassion serait ainsi bien souvent un sentiment ambivalent. 

En apparence, on se présente comme des être sensibles, prenant soin de l'autre – en réalité, nous on se pourlèche les babines des catastrophes et des drames de ceux qui nous entourent – comme l'écrivait Nietzsche, Si “l'homme” a des raisons momentanées pour être heureux lui-même, il n'en accumule pas moins les malheurs du prochain et en retire une joie maligne.

Maintenant bonne journée espérant que celle ci vous apporte votre dose de Schadenfreude.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......