LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Benito Pérez Galdós (1843-1920)

1h

Benito Pérez Galdós, par Joaquín Sorolla, 1894 © Casa-Museo Pérez Galdós. Cabil

par François Caunac Réalisation: Olivier Guérin En France, si le nom de Galdós nous parle, c’est au cinéma qu’on le doit, à Buñuel, qui offrit à Catherine Deneuve un de ses plus beaux rôles, Tristana. Pourtant la gloire de l’écrivain n’a jamais cessé de resplendir outre-Pyrénées. Marqué par le roman balzacien, il compose 32 romans d’inspiration réaliste ou historique, où il dénonce le fanatisme, l’intolérance, l’hypocrisie de la bourgeoisie madrilène. Parallèlement, Galdós entreprend un grand œuvre qui entrelace fiction et histoire, soit 46 romans (Episodios nacionales) qui couvrent l'histoire de l'Espagne depuis Trafalgar jusqu'à la Restauration, dans un style goyesque fait de feu et de sang. Observateur acharné des prismes féminins, Galdós en casse les stéréotypes et les soumet au tamis de la psychologie expérimentale et de la science contemporaine. Il s’appuie sur une interprétation nietzschéenne de la modernité et met en relief la crise de l’individu avec le monde qui l’entoure. Elu aux Cortes, il profite de ce formidable observatoire pour étudier de près la vie politique dont il décèle tous les vices. Ses succès dans les rangs progressistes et le veto du roi l’empêchent d’obtenir le Prix Nobel. Galdós entre à la Real Academia Española, suprême consécration littéraire et officielle.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......