LE DIRECT

Giorgio Bassani (1916-2000)

1h

**

<source type="image/webp" srcset="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAqAB0DASIAAhEBAxEB/8QAFwABAQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAwIEAf/EACIQAAICAQQDAAMAAAAAAAAAAAABAhEhAxIxMgQTQSJhcf/EABQBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAD/xAAUEQEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA/9oADAMBAAIRAxEAPwAbt0jRHxrjbeTOl af7NvsdJVkDLqQ2cOyORtfKsBpoClia/pqXazNVjR3OFRq0BGvLIMpNsT1znOmQ8NoBPokHtaZP0pcARJ7fI7YYep2dHZ9iZcgf//Z "data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/01/b1839432-a0ea-102d-9c2c-fcfcfc001444/838_475120457-photo.webp"class="dejavu"><img src="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAqAB0DASIAAhEBAxEB/8QAFwABAQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAwIEAf/EACIQAAICAQQDAAMAAAAAAAAAAAABAhEhAxIxMgQTQSJhcf/EABQBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAD/xAAUEQEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA/9oADAMBAAIRAxEAPwAbt0jRHxrjbeTOl af7NvsdJVkDLqQ2cOyORtfKsBpoClia/pqXazNVjR3OFRq0BGvLIMpNsT1znOmQ8NoBPokHtaZP0pcARJ7fI7YYep2dHZ9iZcgf//Z " alt="Giorgio Bassani" class="dejavu portrait" data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/01/b1839432-a0ea-102d-9c2c-fcfcfc001444/838_475120457-photo.jpg" width="89" height="127"/>
Giorgio Bassani
Giorgio Bassani © editions gallimard

**

Par Simone Douek et Dominique Costa

« Si je ne suis pas conditionné par mes racines, par quoi d'autre devrais-je l'être ? Aucun véritable artiste, aucun poète, ne peut faire abstraction de ses propres origines, de ce qu'il a dans le ventre. La ville du Château de Kafka n'est pas Prague, d'accord, mais que pourrait-elle être sinon Prague ? » Ainsi écrit l'auteur du Roman de Ferrare. Oui, Ferrare est bien la ville nommée où se déroulent la plupart des récits de Giorgio Bassani, nouvelles, romans, ou poèmes. Elle est bien un personnage prenant part à la fiction, il s'y passe bien sans aucun doute des événements qui ont surgi dans le paysage historique des années où Bassani écrivait, et qui ont marqué pour toujours sa génération. Les années Mussolini et celles du fascisme italien, quand les lois raciales de 1938 persécutèrent la commmunauté juive à laquelle il appartenait, faisaient de l'exclusion du reste de la société une réalité à laquelle il n'était pas question de se soustraire ; après la tragédie de la Shoah, personne ne pouvait plus écrire la même chose, et tout ceci est présent dans son univers littéraire. Du Jardin des Finzi-Contini , son oeuvre sans doute la plus connue, à ce récit autobiographique qu'est Derrière la porte , en passant par toutes ses nouvelles, on retrouve cette même toile de fond. Mais, comme le disent Antonello Perli ou Martin Rueff, il ne faut pas voir dans son oeuvre une simple chronique de l'histoire de Ferrare. Giorgio Bassani, homme de la vie intense, menant une foison d'activités de front, doué d'une énergie qui étonne encore sa fille Paola, tour à tour éditeur, scénariste, militant politique prenant des positions décisives vis à vis du fascisme ou plus tard concerné par la sauvegarde du patrimoine de son pays, Bassani plein de joie de vivre et aimant le sport, ne cesse de réécrire et de recomposer la toile tissée de ses personnages et de ses récits, ne cesse de rechercher par son écriture la précision de la réalité qui s'offre à lui. Mais qu'y a-t-il au-delà de la réalité ? De quelle vérité Bassani se veut-il l'écrivain et le poète ? Avec la voix de Giorgio Bassani, archives INA.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......